Skip to content

Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

Passeport biométrique : des Congolais en colère devant l’ambassade de la Rdc en France !

Source: Le Palmarès

passeports-biometriquesEn France, accéder aux services compétents chargés de livrer le nouveau passeport relève du parcours de combattant. C’est ce qui justifie le sit-in des ces compatriotes congolais devant leur ambassade à Paris.

La crise liée à l’obtention du passeport biométrique se fait particulièrement ressentir à l’étranger. A Paris, la communauté congolaise traverse un moment particulièrement éprouvant. Accéder aux services compétents chargés de livrer ce nouveau passeport relève du parcours de combattant. Il s’ensuit que certains compatriotes vivant au pays de Nicolas Sarkozy ont désormais du mal à renouveler leur carte de séjour.

A cause de ce fâcheux désagrément, des emplois sont menacés et le retour en France pour ceux qui ont effectué  un déplacement hors de l’Hexagone, reste hypothèque. En réaction à cette déconvenue, un groupe de compatriotes vivant à Paris a décidé d’organiser une manifestation de protestation devant l’ambassade de la RDC en France. La manifestation a eu lieu le vendredi 5 mars. Une affluence très modeste a été observée ce jour là.

Contrairement aux attentes des organisateurs, le branle ­bas de combat n’a pas eu lieu. N’empêche que l’objectif aura sans doute été atteint. En effet depuis la mise en circulation du nouveau passeport biométrique, la France a été l’épicentre d’un drame poignant. On stigmatise le cas dramatique d’un Congolais mort en Côte d’Ivoire, alors qu’il devait regagner Paris de toute urgence pour des soins appropriés, faute de passeport. Des sources indiquent que le pauvre citoyen congolais avait quitté la ville des mille lumières pour la côte d’Ivoire muni de son ancien passeport. Au moment de reprendre les formalités en vue de son retour à Paris, il n’a pas pu accéder au nouveau passeport biométrique dans le délai voulu. C’est donc dans le ressac de cet incident qu’il convient de situer le ras-le-bol de certains compatriotes évoluant en France. Dans leur communiqué d’appel à la manifestation, ils ont exprimé clairement leur souci de voir la situation évoluer sans délai. Faisant appel à toute la communauté congolaise vivant à Paris, ils ont misé sur une mobilisation générale en vue d’arriver à bousculer l’ordre décadent qui les préjudicie…

Pourtant, suivant les conditions légalement prévues par le gouvernement congolais, l’obtention du nouveau passeport ne pouvait poser aucun problème. Dans sa campagne de sensibilisation à l’attention des citoyens congolais aussi bien au pays qu’à l’étranger, le gouvernement de la République est très clair.

Il commence par préciser qu’avoir un passeport est un droit pour tout Congolais. Ensuite, il énumère toutes les conditions financières requises. Et s’agissant de la procédure d’urgence, la campagne du gouvernement congolais précise qu’il est inutile de suivre cette procédure coûteuse : US $ 300 Justement parce qu’ en temps normal et cela suivant un délai record, le nouveau passeport s’obtient à Usd 170 nets. Soit 20 Usd pour le formulaire d’obtention et 150 Usd pour le passeport lui-même.

La vérité

Il devait logiquement en être ainsi, sous tous les cieux où vivent des Congolais. Malheureusement, en dépit de toute la bonne volonté du gouvernement, des pratiques mafieuses gangrènent le circuit de livraison du passeport biométrique. Vivant pratiquement dans la mendicité, la plupart des chancelleries congolaises, si pas toutes, font de la livraison du passeport bio-métrique un véritable fond de commerce.

Au gré d’une spéculation sans usage, on impose aux citoyens congolais un véritable martyre. Kinshasa n’est pas directement impliqué dans cette vaste magouille, mais elle en paie la facture. Alors que la campagne du gouvernement stipule clairement que vous n’avez besoin d’aucun intermédiaire pour avoir le passeport, la réalité sur le terrain est tout autre. Les frais d’obtention sont souvent exagérés et les procédures rendues volontairement presque inextricables. Il est grand temps que le gouvernement congolais s’attaque à ce mal qui menace de gangréner l’appareil des Affaires Etrangères.