Skip to content

Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

AFFAIRE BEMBA : révélations sur le Procureur Luis Moréno-Ocampo

Source: Editions Duboiris

-Dans son dernier livre, Charles Onana consacre plusieurs chapitres à la tentative de prise de contrôle de toutes les ressources minières et pétrolières de l’Afrique Centrale par les Etats-Unis, Israël et les multinationales, via les troupes de rwandaises de Paul Kagame basées au Darfour et en République Démocratique du Congo (RDC). Il compare aussi l’action de la Cour Pénale Internationale (CPI) et celle du Tribunal Pénal International pour le Rwanda (TPIR), et démontre que ces juridictions sont les nouveaux instruments de la recolonisation de l’Afrique.

Au moment où s’ouvre le procès du Congolais Jean-Pierre Bemba devant la Cour Pénale internationale, en l’absence d’autres suspects de taille, tel l’ancien  président centrafricain Ange Félix Patasse, le livre du journaliste Charles Onana met en lumière la face cachée du procureur de la CPI, Luis Moreno-Ocampo : le financement de sa fondation en Argentine par le gouvernement américain, ses relations de servitude avec certaines organisations américaines, les scandales étouffées par la CPI au sujet de sa moralité douteuse, les véritables raisons de sa condamnation devant le tribunal administratif de Genève, etc.

Dans le dossier du président du Soudan Omar Hassan Al-Bashir comme dans l’affaire Jean-Pierre Bemba, le procureur cherche à avoir la tête de ces hommes et à régler des comptes politiques avec eux, plutôt qu’à rendre la justice. Il ne dispose d’aucun élément solide pour étayer ses accusations.

Charles Onana a donné la parole à l’aprodec, une association congolaise dirigée  par Benjamin Kalombo qui a beaucoup travaillé sur l’affaire Bemba et qui étale la partialité indéniable du procureur dans ce dossier, preuves et témoignages à l’appui.

L’auteur démontre comment l’Union Européenne encourage l’arrestation  de certains leaders politiques africains et préserve les tyrans qui servent ses intérêts, tel Paul Kagame. Malgré de multiples rapports de l’ONU, ce dernier  n’est inquiété ni par la CPI ni par le TPIR ; il continue même d’être accueilli  en grandes pompes dans l’espace européen et outre-atlantique.