Skip to content

Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

Affaire Martin Mukonkole: Adolphe Lumanu lavé !

Source: La Prospérité

*De sa résidence surveillée, à l’Hôtel Invest, à Lingwala, Martin Mukonkole Kibonge, Député élu de la circonscription de Kabinda, au Kasaï Oriental, dit qu’il n’a aucun problème avec le Professeur Adolphe Lumanu Bwana N’Sefu, Vice-Premier Ministre chargé de l’Intérieur et Sécurité. Il affirme, ensuite, qu’il n’est ni auteur, ni co-auteur, ni encore moins inspirateur des propos tendant à attiser le feu sur une virtuelle lutte de leadership. Il invite, par conséquent, les uns et autres parmi ses frères et sœurs songye, à œuvrer pour une solution durable de paix, d’harmonie et de concorde, pour le bien de la communauté et du pays. Il dit, enfin, qu’il ne saurait nullement le tenir pour responsable de ses démêlées judiciaires actuelles. Il promet de saisir, à son tour, la justice en vue de sanctionner tous ceux qui pourraient désespérément s’entêter. Un homme averti, n’en vaut-il pas deux ? Une fois libéré, Martin Mukonkole dit Mouki, pour les intimes, promet de mettre un bémol dans son vin. C’est ce qui transparait de sa lettre du 21 juillet dernier, sous la signature d’un de ses Avocats. Cet élu de Kabinda, la porte d’entrée de Mbuji-Mayi, sur l’axe Lubao-Samba-Kongolo, revient sur une affaire qui n’a que trop duré. Il écrit, en effet, à Adolphe Lumanu Bwana N’Sefu, l’actuel Vice-Premier Ministre chargé de l’Intérieur et Sécurité. Concrètement, Martin Mukonkole, Député de l’Opposition, lui demande de ne point prêter l’oreille aux écrits, messages, déclarations et autres propos de ceux qu’il qualifie de – profiteurs de tout bord – et qu’il appelle d’urgence à s’amender. Au cas contraire, soutient-il, ils s’exposeront aux affres de la justice congolaise. Au fond, Martin Mukonkole qui reconnaît, au passage, Adolphe Lumanu comme frère et ami de longue date, affirme qu’il n’est ni auteur, ni co-auteur, ni encore moins inspirateur de toute la campagne montée en épingle, pour envenimer inutilement le climat. Il lance, du reste, un appel à la paix, à l’harmonie et à la concorde. Il veut désormais que la communauté songye, dans toutes ses tendances, retrouve la sérénité des esprits, après tous les dérapages constatés. En clair, Mukonkole conjugue au passé l’éventuel conflit de leadership avec Lumanu à Kinshasa ou ailleurs, à Kabinda, au Kasaï Oriental. Il invite, par conséquent, tous les siens à enterrer, une fois pour toutes, la hache de guerre. Voilà tout. A propos de ses actuels ennuis judiciaires, il s’interdit de tenir Lumanu, pour responsable. Lisez plutôt, en fac-similé, cette lettre dont la teneur serait de nature à éteindre le feu entre différents partisans, sur terrain.

La Pros.