Skip to content

Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

Ali Bongo élu Président du Gabon avec 41,73% des voix

Source: Linternationalmagazine

Ali Bongo, fils de l’ancien chef de l’Etat Omar Bongo, a remporté l’élection présidentielle au Gabon avec 41,73% des voix, selon les résultats annoncés par la commission électorale.

La Commission électorale du Gabon a entériné jeudi matin l’élection d’Ali Bongo à la tête du pays, quatre jours après le scrutin qui a vu s’affronter trois candidats pour succéder à Omar Bongo, décédé le 8 juin dernier à Barcelone .

“Bongo est élu”, a annoncé René Aboghé Ella, président de la commission électorale, à la télévision. L’ancien ministre de l’Intérieur d’Omar Bongo, André Mba Obame, obtient 25,88% des voix, mais est majortaire à Libreville, et l’opposant Pierre Mamboundou, 25,22%.

L’annonce des résultats, initialement programmée pour mercredi, a été retardée suite à une ” incompréhension ” entre membres de la Commission électorale gabonaise. Il y a “une certaine difficulté à s’accorder sur la procédure de validation des résultats” entre les membres de l’assemblée plénière de la Commission électorale nationale autonome et permanente (Cénap), instance de décision de cette structure, a déclaré le président de la Cénap, René Aboghé Ella, à la télévision publique RTG1.

Beaucoup de gens redoutaient des débordements dans le centre-ville où les partisans d’André Mba Obame et de Pierre Mamboundou ont été délogés ce matin par les forces de l’ordre qui ont utilisé des gaz lacrymogènes. Au cours des échauffourées, Pierre Mamboundou aurait été blessé.

A 150 kilomètres, au sud-ouest de Libreville, à Port-Gentil, on signale aussi des incidents, ces dernières heures selon un correspondant de RFI. Des partisans de l’opposant Pierre Mamboundou ont attaqué la prison de Port-Gentil et ont libéré les prisonniers. Ils se sont dirigés vers le centre-ville et ont dressé des barricades, incendié des véhicules.

La France s’est félicitée du “bon déroulement” du scrutin présidentiel au Gabon et a déclaré faire confiance aux institutions gabonaises pour que le processus se poursuive “dans le calme”.