Skip to content

Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

APOSTROPHE: Plus beau qu’en 2010

Par Ben-Clet

Faire du Congo Belge, devenu indépendant, « un pays plus beau qu’avant ». Voilà le credo public des leaders politiques nationaux dès l’aube du 30 juin 1960.
Ils avaient un peu naïvement rêvé de créer, sur les cendres de la colonie, une République économiquement plus prospère. Et socialement plus généreuse envers ses « citoyens » que ne l’a été le Congo Belge envers ses « indigènes ».

Cinquante ans après l’indépendance, le rêve se serait-il brisé, évanoui ? Les pères de l’indépendance, et leurs héritiers, ont-ils tous été des escrocs ? Quelle que soit la réponse, l’hymne national rappelle l’ambition solennelle, toujours d’actualité, de transformer l’enfer congolais en paradis tropical. Mais passer du slogan à du concret, que d’impedimenta !

Ceci étant, les Congolais – les vrais et non pas les demandeurs d’emploi – devraient garder l’esprit lucide. Au lendemain du Cinquantenaire, que doivent-ils faire pour « bâtir un pays plus beau qu’avant » ? Plus beau qu’avant 1960 et, surtout, davantage plus beau qu’en juin 2010 ?

Ils doivent s’interdire de prêter oreille aux pseudo-intellectuels qui oseraient claironner que l’échec de l’indépendance de la RDC est à attribuer aux étrangers : Belges, Américains, Anglais, Banque mondiale, Fonds monétaire international. Ce sera une imposture de mentir, comme en 1960, que le salut viendrait de la Chine.

Les laudateurs impénitents, qui ont un gros moellon à la place du cœur, méritent lapidation. Parce qu’ils mentent comme toute la race des politicailleurs de 1960, de 1965, de 1997, de Sun City (2003) et de 2006. Comme eux, ils éludent leurs responsabilités dans la débâcle. Et pensent s’exonérer en rejetant la faute sur l’étranger. Si Léopold II (1885-1908) et, après lui, ses colonialistes (1908-1960) ont exploité l’homme, le sol et le sous-sol congolais, c’était dans l’intérêt SUPÉRIEUR de la Belgique et des Belges. Ils ont, en cela, répondu à un devoir civique et patriotique très naturel. Et parallèlement, pour des considérations d’ordre moral, ils ont, en 95 ans, offert aux indigènes congolais écoles, routes, ponts, hôpitaux, etc.

Les élites congolaises gèrent le pouvoir depuis 50 ans. Pourquoi, fils et filles du pays, n’ont-ils pas offert à leurs compatriotes ne fût-ce que la moitié de l’héritage de la colonie ? Sont-ce les Belges qui étouffent leur élan patriotique ? Flatteurs, foutez-nous le camp et arrêtez la blague dès le 1er juillet 2010. Droits de reproduction et de diffusion réservés © Le Potentiel 2005 Usage strictement personnel.

L’utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la licence de droits d’usage, en accepter et en respecter les dispositions.

Droits de reproduction et de diffusion réservés © Le Potentiel