Skip to content

Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

Calme précaire au Rutshuru et réplique de Kinshasa


Warning: Trying to access array offset on value of type bool in /home/lavdcne1/public_html/wp-content/plugins/sitespeaker-widget/sitespeaker.php on line 13
Par RFI

Des rebelles du M23 à Kavumu, dans le Nord-Kivu, le 3 juin 2012. Photo AFP/ Mélanie Gouby

-En attendant la réunion spéciale des Ministres des Affaires étrangères et de la Défense des pays de la conférence internationale sur les Grands Lacs prévue à Addis Abeba mercredi 11 juillet, un calme précaire règnait hier dans le territoire de Rutshuru. Pendant que le M23 se félicitait d’avoir remporté des succès sur le terrain (à Bunagana, Rwanguba et Jomba) le gouvernement de Kinshasa a choisi lui, de répliquer face à la presse en dénonçant un pays voisin, sans le citer, d’avoir soutenu en hommes et en armes les rebelles.

C’est une réplique tout à fait politique que Kinshasa a choisi dans une déclaration à l’issue d’une réunion extraordinaire. Le gouvernement congolais a fustigé, mais sans le citer, le Rwanda , l’accusant d’appuyer la rébellion du M23. Pour les autorités congolaises, la puissance de feu et le nombre subitement important des effectifs militaires engagés contre les FARDC sont une nouvelle preuve du soutien que ce pays voisin apporte aux mutins. Pour le ministre des Postes et télécommunications : « ce pays doit donc être tenu solidairement pour responsable des dégâts matériels, des pertes en vies humaines et des graves violations des droits humains, dus à l’action de mutins dont les tirs ciblent non seulement les positions des FARDC mais aussi les campements des éléments de la Monusco ».

Autre volet de la réplique politique de Kinshasa, la déchéance et la radiation de l’armée des têtes d’affiche du M23. Des poursuites judiciaires sont désormais engagées.

Un calme précaire règne sur le front

Depuis jeudi, des combats opposent les rebelles du M23 aux FARDC dans la région de Rutshuru. Si la situation semble être restée plutôt calme samedi sur le front, ces combats ont entrainé un nouveau flot de populations déplacées.

Selon les estimations de Médecins sans frontières, environ 10 000 personnes ont trouvé refuge à Rutshuru-centre en provenance de Bunagana et Rwanbuga ; 4000 autres sont prises en charge par les agences humanitaires et les ONG en Ouganda. MSF demande aux belligérants de leur garantir l’accès aux populations ainsi que la garantie que les installations hospitalières seront protégées.