Concertations nationales : enfin le consensus !

Palais du peuple
Palais du peuple

-Pas d’immunités. Les conclusions et recommandations engageront toutes les parties. 690 participants au total. 140 pour la MP contre 100 de l’Opposition. La société civile et les chefs coutumiers auront respectivement 100 et 29 délégués. Ce n’est pas un accouchement par eutocie. S’il faut emprunter dans le lexique médical. On dirait mieux un accouchement par césarienne. C’est donc hier que le Comité préparatoire des Concertations nationales a déposé son rapport. Après discussions, les différentes parties ont accordé leurs violons. Les divergences qui les ont divisées mardi dernier ont toutes été vidées de leur substance. Entre autres, la guerre aux cornes au sujet de l’opposabilité des conclusions des Concertations nationales à tous et le projet d’immunité à accorder à certaines personnalités. Sans doute de l’Opposition. Christophe Lutundula, l’une de grandes figures de la Majorité présidentielle au pouvoir, a déclaré hier à la presse, que les différentes parties sont finalement parvenues à un consensus. ” Nous allons ajouter un deuxième alinéa à l’article 17 du Règlement intérieur des travaux dont le libellé est : ” les conclusions et les recommandations issues des Concertations nationales engageront toutes les parties “, a poursuivi le député MSDD. En ce qui concerne les immunités réclamées par l’Opposition politique au profit de certaines personnalités politiques, une source digne de foi contactée hier par Forum des As, a déclaré qu’il n’en sera pas question. Autrement dit, cette requête de l’Opposition n’a pas requis un avis favorable du Comité préparatoire.

690 PARTICPANTS POUR NEGOCIER LA COHESION NATIONALE

Combien de personnes prendront part aux concertations nationales ? Cette question longtemps restée suspendue sur les lèvres de plus d’un Congolais, a finalement trouvé sa réponse hier mercredi. C’est donc un suspense levé. On en sait désormais plus. Six cent quatre-vingt-dix personnes participeront ainsi à ces assises très attendues de tous.

Cependant, la clef de répartition prévoit 140 délégués pour la composante Majorité présidentielle au pouvoir, contre 100 représentants de l’Opposition politique. La Société civile comme entité, se contente d’un quota de 100 sièges. Puis finalement, 29 émissaires des chefs coutumiers. Mathématiquement, les différents chiffres présentés ci-dessus ne donnent pas la somme de 690 participants. C’est dire que la différence proviendra des quotas additionnels.

Etant donné que c’est la fin du travail du Comité préparatoire qui conditionnait le démarrage effectif des travaux proprement dits, la date d’ouverture des Concertations nationales pourrait être fixée incessamment. Certaines indiscrétions disent même avant la fin de la semaine en cours. Sinon, c’est au début de la semaine prochaine que l’opinion pourrait être définitivement fixée. Normal, dans la mesure où on a suffisamment passé le temps sur des préalables. Maintenant qu’on a plus au moins des bases sur lesquelles partir, on ne peut qu’appuyer sur l’accélérateur pour mettre un terme à cette rencontre qui, depuis plusieurs mois, semble avoir pris l’opinion nationale en otage.

L’APRES-CONSULTATION SE RACONTE DEJA DANS LES RUES DE KINSHASA

Jamais, un sujet d’actualité politique en RD Congo, n’a déchainé autant de passions comme les Concertations nationales en vue. Que des pronostics ! Que des analyses aussi contradictoires les unes des autres. Que des schémas de gestion du pouvoir proposés. Qui dit donc vrai ? A priori, tout le monde a raison. En même temps, tout a l’air faut. Sauf si l’on a le pouvoir de divination.

Dans cette foire des supputations, certains prédisent l’avènement d’un nouvel ordre constitutionnel. Les partisans de cette thèse vont jusqu’à citer certaines personnalités pressenties à la tête de nouvelles institutions. Dans une ville comme Kinshasa, où la radio trottoir constitue un émetteur puissant, très peu sont des analystes qui accordent un moindre espace au bon sens. Donc à la critique et la raison. Moralité, chacun croit détenir le monopole de la vérité. Pourtant, tout relève d’une simple spéculation.

A tous égards, on a intérêt à ouvrir ces Concertations dans un délai raisonnable pour mettre fin à la spéculation. Car, on ne comprend pas qu’une rencontre interne du genre, suscite autant des attentes parfois disproportionnelles, par rapport aux enjeux mêmes qui ont motivé ces concertations nationales. Quelles que soient les conclusions qui seront issues de ce forum, le plus important reste la cohésion nationale. Sauf si les politiciens voudraient bien monter les enchères, créer délibérément d’autres mécontents pour une énième rencontre basée sur le partage du pouvoir. Si c’est vraiment ça l’enjeu, alors on ne sera pas du tout sorti de l’auberge. Laurel KANKOLE

-Forum des AS


Posted

in

by

Tags: