Skip to content

Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

Dialogue : Étienne Tshisekedi prêt à rentrer au pays à deux conditions

Etienne-Tshisekedi-Wa-Mulumba-20-En Belgique depuis plus d’un an pour des raisons de santé, l’opposant de 82 ans pourrait bientôt rentrer en RDC dans le cadre du dialogue national, a annoncé son parti, l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS). À la condition, notamment, de se mettre d’accord avec le camp présidentiel sur l’ordre du jour du dialogue.

Sa participation au dialogue national voulu par Joseph Kabila s’annonce de moins en moins hypothétique. Si les précédentes négociations entre les partisans du chef de l’État et ceux d’Étienne Tshisekedi avaient jusqu’à présent échoué, ce dernier pourrait bientôt faire un retour inattendu en RDC.

Étienne Tshisekedi, en convalescence à Bruxelles depuis août 2014, « est prêt à participer à de telles assises et conditionne son retour au pays à la fixation de la date du dialogue, si celui-ci a lieu sous l’égide de la communauté internationale », a déclaré Bruno Tshibala, porte-parole de l’UDPS.

Deux conditions posées par Tshisekedi

Contacté par Jeune Afrique, Tharcisse Loseke, conseiller en charge de la mobilisation et de la communication de l’UDPS à Bruxelles, a précisé qu’«Etienne Tshisekedi rentrera à Kinshasa si l’on se met d’accord sur la médiation internationale et l’ordre du jour du dialogue ». À l’en croire, si ces « deux impératifs sont résolus », le président de l’UDPS « assistera à la cérémonie d’ouverture du dialogue » à Kinshasa.

Cette annonce n’a rien d’une surprise. Dès le début des consultations entamées en juin par le chef de l’État en vue de rassembler un maximum de composantes du monde politique et de la société civile, l’UDPS avait conditionné sa participation à cette médiation internationale. Mais en septembre, Étienne Tshisekedi lui-même avait annoncé la fin des discussions avec le pouvoir, estimant que celles-ci avaient échoué.

Kabila ouvert à une médiation étrangère

Selon plusieurs élus, Joseph Kabila a assuré dans un message transmis lundi aux députés qu’ils restait ouvert à une médiation étrangère pour le dialogue national. Le président congolais a également fait part de sa volonté de convoquer un dialogue national pour discuter du calendrier électoral et de l’organisation et du financement des élections. Selon la Constitution congolaise, la prochaine présidentielle doit être organisée avant la fin novembre 2016.

En dehors de l’UDPS, les autres grandes composantes de l’opposition ont déjà indiqué leur volonté de ne pas participer à une telle rencontre. Ces dernières voient une manœuvre du président pour se maintenir en poste au delà-du terme de son mandat, ce que la Constitution lui interdit.

RFI