Skip to content

Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

Dissoudre la CENI – Une décision à peser par l’opposition congolaise

Par RFI

CENI logo

-Après la demande de la démission du bureau de la Commission électorale nationale indépendante (Céni), formulée par des associations et des syndicats de différents secteurs, les partis de l’opposition voudraient bien prendre le même pas.

Cependant, la crainte d’une reprise des violences alors que les élections sénatoriales et des gouverneurs doivent se dérouler courant mai et début juin, pèse sur les députés, susceptibles de décider d’une telle option.

Le travail de la Céni est une oeuvre humaine. Elle pouvait être parfaite mais il faut faire la part des choses dans les critiques

Dans l’opposition et dans la majorité, ils sont nombreux ceux qui adhèrent à la démarche de la société civile. Ils pensent, eux aussi, que le bureau de la Commission électorale indépendante (Céni), présidée par Daniel Ngoy Mulunda, doit démissionner dans l’immédiat, c’est-à-dire avant les élections provinciales et locales qui sont attendues dans les prochains mois.

Dans l’opinion, on craint la répétition des évènements tragiques qui avaient émaillé le scrutin du 28 novembre 2011 : des morts, des blessés et des disparus dans des violences consécutives aux irrégularités reconnues par tous et dans tous les camps politiques.

Albert Moleka, directeur de cabinet de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS)

On peut dire que la Céni porte une grande part de responsabilité de la faillite de ces opérations électorales

24/03/2012 par Charlotte Idrac

Si l’opposition, l’Union pour la nation congolaise (UNC) de Vital Kamerhe en particulier, a été la seule à saisir la justice pour l’annulation du scrutin présidentiel, pour leur part, plusieurs candidats malheureux, membres de la majorité, ont saisi la Cour suprême de justice contre d’autres candidats et des partis politiques qui appartiennent comme eux à la mouvance kabiliste et contre la Céni.

Mais à Kinshasa, on se demande si les députés, qui siègent à l’Assemblée nationale, auront assez de ressources pour démettre le bureau de la Céni.