Skip to content

Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

Guinée:L’intégralité de la déclaration de Ouagadougou !

Par Freddy Mulongo,

Les soudards en Afrique, il y en aura encore sur le continent. Les Kakis au pouvoir, il n’y a que les peuples pour les empêcher d’y accéder. Mais le cheimin est encore long. A quoi penser Dadis Camara, le chef de la junte guinéenne lorsqu’il a paraphré hier vendredi 15 janvier 2010, la déclaration de Ouagadougou qui enterine son exil et le met d’office hors de la course présidentielle qu’il tenait tant ?

Vendredi 15 janvier 2010, Dadis Camara entrain de paraphré la déclaration de Ouagadougou

Salutation fraternelle entre Dadis Camara et Sékouba Konaté, président intérimaire de la Guinée, en présence de Blaise Compaoré

Dans aucun pays africain surtout francophone, la transition est respecté. En République Démocratique du Congo avec sa monstreuse formule de 1+4=0, où les Seigneurs de guerre ont troqués leurs trellis militaires pour de costumes trois pièces, nous avons vécu prolongation sur prolongation. Devenus des nouveaux millionnaires du dimanche après les élections, embourgeoisés à outrance, les seigneurs de guerre en costumes sont incapable d’éradiquer la corruption. Ils parlent combattre la dictaure etdéfendre la démocratie, Kalachnikov aux mains et sont incapables de défendre les populations civiles , une fois au pouvoir. La Guinée n’est le Grand le Grand Congo, mais nous sommes bien en Afrique ! Où les ressemblaces mènent au mimétisme.

Voici en intégralité la déclaration de Ouagadougou qui a été paraphré hier par Dadis Camara, Sékouba Konaté et Blaise Compaoré:

Le Burkina faso est devenu le pillier de la “Françafrique”

Le président Burkinabè, Blaise Compaoré, médiateur dans maints conflits africains, s’est fait une réputation d’homme de paix. Mon oeil, cette image d’épinal, confortée par sa montée n puissance au sein de la “françafrique” semble pourtant usurpée. Le chf de l’Etat burkinabé est impliqué dans la plupart des guerres et des crisses régionales des vingt derrnières années. Le trouble passé de celui qui accéda au pouvoir à la faveur de l’assassinat du leader panafricaniste Thomas Sankara, ne laisse pas indifférent les Africains attaché à la vraie paix et vaie démocratie sur le continent.

Aux guinéens de prendre leur destin en main et de s’investir pour la réussite de la transition.