Skip to content

Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

L’argent envoyé par les migrants représente la 22ème économie mondiale

 BOLIVIA DOLLARLe flux d’argent envoyé par des migrants pour venir en aide à leurs familles dans le pays d’origine a grimpé à des niveaux records. En 2012, le total de cet argent a dépassé 530 milliards de dollars, selon les derniers chiffres de la Banque mondiale.

Une somme record pour un phénomène très méconnu. Le montant réel des envois de fonds dans le monde est difficile à estimer. Mais selon les dernières données de la Banque mondiale, en 2012, les migrants issus de pays en développement ont envoyé plus de 530 milliards de dollars à leurs familles dans leur pays d’origine. Une telle somme équivaut à la 22ème fortune mondiale devant l’économie de l’Iran ou de l’Argentine. Et encore cette somme n’est pas exacte car certains transferts se font par des moyens non déclarés. À titre d’exemple, en 2008, les migrants népalais travaillant à l’étranger auraient effectué 69% de leurs envois de fonds par des moyens non déclarés.

D’après les données de la Banque mondiale, les pays en développement reçoivent trois fois plus d’argent par les envois de fonds que par l’aide internationale. Les envois de fonds représentent également les deux tiers des investissements étrangers directs (IED) dans les pays en développement. Étant donné l’ampleur de ces envois de fonds, les experts en développement étudient aujourd’hui la façon dont cet argent aide les personnes restées dans les pays d’origine à sortir de la pauvreté. Contrairement à l’aide publique au développement (l’argent que les gouvernements des pays riches donnent aux gouvernements des pays pauvres), les envois de fonds vont directement aux familles qui décident elles-mêmes comment dépenser cet argent.

L’Afrique en dernière position

En 2012, l’Inde et la Chine ont été les plus grands bénéficiaires des envois de fonds l’an dernier, chacun recevant plus de 60 milliards de dollars, suivi par les Philippines (24 milliards de dollars), le Mexique (24 milliards de dollars) et le Nigeria (21 milliards de dollars). L’Egypte est en sixième position. Elle a vu la valeur de ses envois de fonds passée de moins de 9 milliards de dollars en 2008 à près de 18 milliards de dollars l’an dernier. Dans certains pays, les envois de fonds représentent plus de 25 % du PIB du pays. C’est le cas notamment au Tadjikistan, le Liberia, le Kirghiztan ou encore le Lesotho. Globalement, c’est la région d’Asie de l’Est et les territoires du Pacifique qui reçoivent le montant le plus élevé de fonds provenant de l’étranger. L’Afrique de son côté est à la dernière place. Mais les envois de fonds vers cette région sont largement sous-estimés, les données de bon nombre de pays présentant d’importantes lacunes.

Jusqu’ici les envois de fonds semblent résister à la crise. Les migrants continueront d’envoyer des sommes d’argent à leur famille, même s’ils sont parfois contraints de réduire le montant de ces envois. Néanmoins, l’an dernier, en dépit de l’augmentation globale des envois de fonds vers les pays en développement, la persistance de la crise économique mondiale a freiné les transferts vers certaines régions. L’Afrique subsaharienne et la région Europe et Asie centrale ont été particulièrement touchées, alors que l’Asie du Sud et la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) ont enregistré des résultats bien supérieurs à ce qui été prévu.

Souce: Atlantico

Tags: