Skip to content

Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

Le candidat Tshisekedi doit se rattraper dans la course, et vite. Sinon!!!

Par Salomon valaka

 En politique l’on ne se fait pas des cadeaux. Ceux qui bravent vent et marrées au risque même de risquer leurs vies pour la haute magistrature d’un pays doivent combattre, convaincre et s’assurer que leur message est entendu et/ou véhiculé. S’adonner à faire le contraire c’est se creuser sa tombe pour une mort politique certaine. L’autre me dira que la victoire appartient aux violents, ce qui ne signifie pas nécessairement  utiliser les armes. Une violence politique c’est parfois confronter le public, les futurs électeurs qui détiennent la clé du pouvoir qui est les voix électorales démocratiques puisque détenant la légitimité de placer qui il veut à la tête du pays.

 Or ces derniers temps, il semble et tout laisse à croire que cette violence politique appartenait, les trois semaines passées au Candidat Vital Kamerhe. L’homme semble disposer des atouts financiers qui lui ont permis de sillonner le Kivu et maintenant le Kasaï.

Pas plus tard que le 30 Juin, Président Kabila est venu, à son tour, à la charge, délivrant un discours puissant et convainquant à sa manière pour confirmer deux points importants:

1. Les élections auront bel et bien lieu le 28 novembre.

2. “S’il perdait les élections, il quitte le pouvoir…” ni regret, ni rancune.

Ce sont des paroles fortes qui ne peuvent parvenir que de quelqu’un qui est sur de sa victoire. Or cette victoire, à en croire une grande partie des Congolais, risque de devenir une réalité si l’on fait pas gaffe.

 Ainsi, pendant que Kamerhe et Kabila se positionnent pour un assaut final, le candidat du peuple a passé assez de temps à l’étranger pour exposer devant la diaspora congolaise et la communauté internationale les fraudes auxquelles le candidat Kabila, à travers “son pion” à la tête de la CENI ” se permet en tripotant sur les fiches électorales” afin de rester au pouvoir.

Quand bien même Tshisekedi pourrait avoir raison, deux facteurs semblent concourir à son désavantage:

 D’abord, exposé devant les performances de Kamerhe, Le Sphinx de Limeté semble devenir un “Cry Baby”, un pleurnichard. Il semble que, pour Kamerhe, fraudes ou pas, Kabila ne saura pas corrompre tout le monde. Dès lors, “à la guerre comme à la guerre” semble devenir sa devise. Pendant que Tshisekedi pleure, l’homme à la tête de “AVK”, lui, Vital Kamerhe est très occupé à faire passer , avec conviction et assurance, son message au milieu d’essaims d’abeilles ou la marrée populaire venue à sa rencontre, le message du “salut” pour sortir le Congo de l’impasse socio-politico-économique dans lequel “Kabila a engouffré” le pays.

Ensuite, Kabila, de son côté, semble adopter un principe selon lequel, “le chien aboi, la caravane passe.” Ainsi pendant qu’une certaine majorité crie à la fraude, la dernière plainte à ce sujet est le document intitulé ” POURQUOI LES KINOISES ET KINOIS NE VEULENT PAS S’ENROLER” du Réseau d’Education, l’homme semble ne pas se préoccuper des plaintes et des pleurs de ses ennemis politiques. Pour le président Congolais, le train est en route et rien ne pourra l’arrêter car, quand bien même il reconnait de petites irrégularités par si par là, l’engrainage d’enrôlement électoral est sur le point et les élections “libres et apparentes” auront bel et bien lieu à la date prévue.

Ce qui fonce Thisekedi dans un trou d’où il risque de ne plus s’en sortir. Ce qui laisse au Sphinx de Limeté aussi une seule alternative. Au point où il est, Ya Tshitshi ne doit plus reculer. N’est-ce pas il avait déclaré qu’il ira jusqu’au bout? Il ne doit pas se limiter  non plus à dénoncer les irrégularité mais, faire comme les autres: sillonner, lui aussi, le pays, visiter son fief pour délivrer, à son tour, son message. At-il des moyens financiers come Kamerhe et surtout comme le titan Kabila? Connais pas. Le fera t-il? Qui vivra verra.

Une chose est sur, un mensonge répété devient une réalité. Un message politique, quand bien même démagogique,  délivré à répétition, risque de produire des effets escomptés par celui qui le délivre. Or, actuellement, Kamerhe et Kabila commandent  et seuls, délivrent des messages qui poignardent Tshisekedi au dos. A l’allure où vont les choses, c’est plutôt le combattant Honoré Ngbanda qui pourra dire à Ya Thisekedi:”I told you so. Kokende na ba élections te. Elles sont déjà truquées dès le départ. Tu n’a pas voulu m’écouter. Soyez donc présent au rendez vous qui va non seulement couronner Kabila, mais aussi mettre fin à ta carrière politique.” En tout cas mon Papa, avec tout le respect que je vous dois, c’est ce qui va se passer le 6 décembre. Voilà pourquoi je vous en conjure de bouger, de vous secouer et vite.