Skip to content

Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

Le Sénégal et son président Macky Sall appelés, comme sous-traitants de l’empire, à la rescousse de Paul Kagamé et du Rwanda en RD-Congo

Interview de M. Tshiyoyo Mufoncol sur la liberation de la RD Congo!-Jamais un sans deux, dit-on. Et même deux sans trois, comme certains oseront l’affirmer. C’est juste pour affirmer que l’histoire en RD-Congo, et celle de RD-Congo, se reproduit et ce, au rythme du renouvellement des générations, qui se succèdent, mais en réalité sans tirer aucun enseignement utile et du passé, et du présent congolais et de l’environnement aux alentours.

En 1997, l’Empire, parrain de Mobutu, recrute Paul Kagamé et son Rwanda à la fois pour mettre en scène le départ programmé de Mobutu et occuper la RD-Congo. Pour ce sale boulot, le mercenaire Paul Kagamé par son occupation de la RD-Congo se fera honorablement rémunérer par ses maîtres. L’élite pro-rwandaise et proche de Kagamé, exécutants de la CIA, investissent le Congo-Kinshasa. Depuis, ils y règnent en maîtres. Ils y font, et ce à leur tour, exécuter le sale boulot aux Nègres congolais locaux, à qui ils bombardent le titre de ministre, de député, de gouverneur et même de général d’armée. C’est simple. Des Congolais ne demandent pas mieux. Et pendant ce temps, Kagamé et ses acolytes humilient ce peuple qu’ils dominent.

Cet état de choses arrachera la phrase suivante à Denis Sassou Nguesso : « Quand le paralytique assis au pied du manguier joue avec des feuilles vertes, c’est qu’il y a quelqu’un dans l’arbre qui les lui a jetées. Sinon, il ne joue qu’avec des feuilles mortes ! [Et comme lui Sassou croyait encore à la puissance d’une France bien que décadente, il ajoutera qu’] il suffirait à Paris de dire à ses « amis » les protecteurs de Kagamé- les États-Unis, la Grande-Bretagne et Israël – de calmer un peu leur protégé…] (Péan, 2010 : 531).

Encouragé et soutenu, Kagamé règne en maître en RD-Congo. La cohabitation entre les pro-Kagamé et les Congolais est un casus belli, impossible sauf dans le cadre de relation du dominant à dominés dans laquelle des congolais, complaisants et exécutants, détiennent la liberté d’une parole contrôlée. La preuve par dix est là : personne d’entre eux n’ose parler de Paul Kagamé pendant que tout le monde tire sur un cadavre : « Joseph Kabila ». Ce tableau est connu de l’Occident. Et ce dernier tente de reprendre la main. Il essaye, bon gré mal gré, de « faire partir » son monstre « Joseph Kabila » qu’il juge défaillant. Alors dans l’attente d’un élève en préparation, et difficilement trouvable ce temps qui court, l’Occident a presque abusé et usé de tous ses pions congolais sur l’échiquier.

Cependant, il se pose une question. Comment continuer à faire intervenir Paul Kagamé, qui géopolitiquement est voisin direct de la RD-Congo, dans la gestion des Grands Lacs quand on sait que des Congolais ne supportent plus longtemps une autre humiliation. D’où le choix stratégique d’un autre pion en Afrique. Macky Sall, ce jeune homme montant et nouveau recru. Par contre, le Sénégal est géographiquement éloigné de la RD-Congo. Macky Sall et le Sénégal auront besoin d’un support, notamment le Rwanda et Paul Kagamé dont Macky Sall n’a jamais dénoncé les crimes en RD-Congo. C’est également le cas de tous ces Congolais qui s’abritent sous son parapluie. Macky Sall s’attaque à « Joseph Kabila », le cheval de Troie de Paul Kagamé sans avoir osé affronter Paul Kagamé et le Rwanda. Comme le Mobutu et Compaoré hier, ce nouvel agent de l’Occident en Afrique est appelé à la rescousse de Paul Kagamé sans toutefois bousculer sa position.

Et pour ce qui est du Sénégal, je signale en passant que ce pays demeure l’unique ou le rare pays du continent nègre qui n’a jamais été déstabilisé. N’est-ce pas que son élite, en commençant par Senghor, a toujours été obéissante. À ce titre, domptable.

Comme conséquence, la bande à Paul Kagamé restera au pouvoir à Kinshasa. Elle y sera rejointe par des Sénégalais. Les deux régneront en maître en RD-Congo. Et des Congolais se contenteront à jouer les seconds rôles. En l’absence de vision, d’ambition, de grandeur en politique et d’héroïsme, ils courbent l’échine. Quelle est la nature du nouveau contrat que ces congolais s’engagent à signer avec Macky Sall en RD-Congo. C’est la même question qui m’a valu l’exil que j’ai posé en son temps à l’AFDL lors de son entrée à Kinshasa. Le coût s’élève aujourd’hui à plus de 6 000 000 de morts au Congo.

Je ne formule aucun regret sauf que je constate la dureté de notre lutte. Congolais, nous y parviendrons le temps que cela prendra et son coût. Nous sommes, nous autres, prêts à donner notre vie pour la RD-Congo.  .

Likambo ya mabele Likambo ya makila

Mufoncol Tshiyoyo  

Le Président National du Rassemblement pour l’Alternative Politique en RDC. R.A.P-en sigle Mouvement Politico-militaire,
mufoncol_tshiyoyo@yahoo.com,
004745007236, Facebook : Mufoncol Tshiyoyo