Skip to content

Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

Moscou affirme son retrait de la frontière ukrainienne, doutes de l’Otan

Poutine-Après avoir demandé aux séparatistes pro-russes de l’est de l’Ukraine de reporter le référendum du 11 mai sur l’autodétermination de Donestk, Vladimir Poutine a annoncé le retrait des troupes stationnées à la frontière. L’Otan dément.

La voie du compromis et du dialogue est-elle en train de se profiler entre l’Ukraine et la Russie ? Le président russe Vladimir Poutine a annoncé, mercredi 7 mai, le retrait des 40 000 soldats stationnés à la frontière entre la Russie et l’Ukraine, une affirmation non confirmée par l’Otan et Washington.

“On nous a toujours dit que nos forces à la frontière ukrainienne suscitaient l’inquiétude. Nous les avons retirées. Aujourd’hui, elles ne sont plus à la frontière ukrainienne (…)”, a déclaré le président russe, cité par l’agence de presse Interfax. Vladimir Poutine s’exprimait à l’issue d’un entretien avec Didier Burkhalter, président en exercice de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), pour tenter d’élaborer plan de sortie de crise.

La prudence reste néanmoins de mise. Les affirmations de Vladimir Poutine n’ont pas été confirmées par l’Otan, qui a réagi en disant ne pas avoir d'”indication” qui puisse avérer le retrait des troupes russes. Washington est allé dans le même sens en affirmant ne pas non plus disposer de preuves. “Il n’y a pas de preuve pour l’instant qu’un retrait a eu lieu”, a déclaré le porte-parole adjoint du président américain Barack Obama, Josh Earnest qui s’exprimait face aux journalistes lors d’un point de presse dans l’avion Air Force One. 

Moscou demande le report du référendum de Donetsk

L’annonce de Vladimir Poutine intervient alors même que Moscou a demandé aux séparatistes pro-russes en Ukraine de reporter le référendum sur la “déclaration d’indépendance” de la république autoproclamée de Donetsk.

“Nous demandons aux représentants du sud-est de l’Ukraine de reporter le référendum prévu le 11 mai, pour créer les conditions nécessaires au dialogue”, a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse. “Nous considérons que le dialogue direct entre les autorités de Kiev et les représentants dans le sud-est de l’Ukraine est un élément clé d’un compromis”.

Inspiré par la Crimée, les séparatistes pro-russes entendent en effet faire de la région de Donetsk, ville située dans le bassin minier de l’Est, une république indépendante. Denis Pouchiline, chef de la “république populaire” auto-proclamée de Donetsk, a précisé le 6 avril que la question posée serait : “Approuvez-vous la déclaration d’indépendance de la république populaire de Donetsk ?” Mais le scrutin est à haut risque dans cette région déjà déstabilisée. Et Poutine se dit engagé dans la recherche d’une solution de sortie de crise.

Avec AFP et Reuters 
Tags: