Skip to content

Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

Opération Geronimo : la longue traque pour Ben Laden

Source: Liberation

-Dans les derniers jours, les officiels américains ont donné le nom de code “Geronimo” à l’opération lancée contre Oussama Ben Laden. Mais la chasse pour l’ennemi public numéro un avait commencé depuis des années. Les derniers détails livrés dans la nuit par l’administration américaine permettent de mieux comprendre comment les Américains ont pu localiser le chef d’Al Qaeda. 

C’est en fait en juillet dernier que des Pakistanais travaillant pour la CIA ont noté la plaque d’immatriculation d’une Suzuki blanche naviguant dans les rues de Peshawar. A son bord, se trouvait le fameux coursier que les Américains recherchaient depuis plusieurs années et dont ils pensaient qu’il était le messager personnel de Ben Laden. Très vite, le coursier les mènera à la villa d’Abbottabad. 

En fait, l’existence d’un réseau de coursiers  travaillant pour Ben Laden aurait été découverte par les Américains en 2002 lors des fameux interrogatoires -certains illégaux- menés par la CIA à l’étranger et notamment en Europe.  C’est là qu’ils vont apprendre notamment que Ben Laden a toute confiance en un messager dont ils obtiennent le pseudonyme. Quand ils évoquent ensuite ce pseudonyme auprès de Khalid Sheikh Mohammed, le cerveau du 11 septembre, et de Faraj al-Libi, l’un de ses chefs opérationnels, et que ces deux derniers disent ne pas le connaître, les Américains savent qu’ils ont une piste sérieuse. 

Jusqu’en 2005 pourtant, rien ne bouge. Face aux critiques, la CIA renouvelle ses cadres. Et obtient alors le nom de famille du messager. La NSA, l’agence de sécurité nationale, se lance alors sur sa piste et commencer à intercepter ses communications avec les membres de sa famille au Pakistan. Ilfaudra attendre juillet 2010 pour qu’il soit repéré. 

Une fois la villa d’Abbottabad dans la ligne de mire, les Américains vont passer des mois à réfléchir à la meilleure stratégie. Ils veulent d’abord être surs que Ben Laden est bien à l’intérieur et placent la maison sous surveillance satellitaire. C’est en février dernier que l’administration commence à penser à donner l’assaut. Trois options sont envisagées : une attaque de bombardiers B-2, une opération en commun avec les Pakistanais ou un raid des Navy Seals, les forces spéciales de l’US Navy. 

Finalement, c’est la dernière option qui est choisie, car elle semble la meilleure pour mettre la main sur Ben Laden ou le tuer. Jeudi dernier, le jour où il rend public son certificat de naissance, Obama rencontre ses plus hauts conseillers pour essayer de parvenir à une décision. Le vendredi, il donne son accord. L’opération peut commencer dès samedi, mais les Américains préfèrent attendre dimanche, car les nuages annoncés permettent une meilleure couverture pour les hélicoptères. 

Un peu après minuit au Pakistan dimanche, quatre hélicoptères -et non deux- arrivent à la villa. A leur bord, 79 commandos Seals. Le reste est connu. Après une bataille de 40 minutes, les Américains se retrouvent face à face avec Ben Laden dans une chambre au troisième étage. Celui ci résiste, ils le tuent. Un membre du commando prend alors une photo du leader d’Al Qaeda et des prélèvements d’ADN sont réalisés. Un logiciel de reconnaissance faciale identifie Ben Laden à 95%. Les tests ADN, eux, identifient le profil génétique de Ben Laden  à 99,9%.