Skip to content

Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

RAPPORT SUR LES EXACTIONS EN RDC: l’ONU coupe la poire en deux

Source: Le Pays   

En fin août dernier, lorsque le journal français “Le Monde” publiait le rapport brut de l’ONU sur les exactions commises sur les réfugiés hutu rwandais en RDC (République démocratique du Congo), le général Kagamé du Rwanda s’était mis à s’agiter. Le mot “génocide” qui y figure faisant peur à plus d’un titre, le président rwandais avait vite menacé de retirer ses troupes qui oeuvrent pour le maintien de la paix au Soudan, si jamais les Nations unies “s’entêtaient” à publier ce rapport.

D’un autre côté, les organisations de défense des droits humains et les victimes invitaient l’institution à rendre officiel le rapport avec bien entendu la mention “génocide”. Dans ce bras de fer entre l’ONU et le Rwanda, l’on se demandait si l’institution aurait le courage de sortir un jour le document et, au cas échéant, quelle version elle allait proposer. Au finish, on peut dire que l’activisme et les menaces du président rwandais n’ont pas ébranler l’organisation internationale. L’ONU a plutôt coupé la poire en deux. En d’autres termes, elle a ajouté de l’édulcorant et de la crème à la tartine pour la rendre moins difficilement avalable.

Ainsi, le mot “génocide” qui fait tant trembler Kagamé et d’autres chefs d’Etat de la région des Grands Lacs incriminés est resté dans le rapport final mais a été mis entre guillemets. C’est désormais un “tribunal compétent” qui pourrait qualifier les atrocités comme relevant ou non de génocide. Mais bien qu’édulcoré, le rapport passe toujours mal. Avec ou sans guillemets, le mot génocide reste toujours dangereux. Il vaut mieux ne pas y avoir affaire. Et les chefs d’Etat dont les pays sont indexés l’ont vite compris.

Ils savent très bien qu’eux ou leurs soldats pourraient courir le risque de faire l’objet de mandat d’arrêt international par la CPI (Cour pénale internationale) si toutefois les preuves du génocide venaient à être établies. Cependant, le rejet systématique de ce rapport ne devrait pas étonner. Il est devenu une tradition, voire une spécialité des chefs d’Etat africains, de rejeter automatiquement tout rapport qui remet en cause leur gestion du pouvoir d’Etat. Nul doute que ces dirigeants dont la responsabilité est engagée dans ce document auraient vanté leurs propres mérites si ce rapport leur avait été favorable. Ils auraient même fait porter des tambours à leurs ministres et autres directeurs généraux qui, toutes les fois que l’occasion se présentait, chanteraient les exploits de leur “héros” comme on le voit très souvent sous les tropiques africains.

En tout état de cause, les arguments du genre, “le rapport n’est pas objectif” ou est “basé sur des rumeurs”, avancés par les pays incriminés pour se défendre, passent mal d’autant plus que les Nations unies ont pris du temps pour mener les enquêtes. En plus, la République démocratique du Congo, sur le territoire de laquelle se sont commises les atrocités, n’a jusque-là pas contesté le rapport. Mieux, elle s’en est félicitée, prenant ainsi le contre-pied de ses voisins dont elle avait jusqu’alors redouté la capacité de nuisance. Tout compte fait, la publication du rapport onusien constitue un grand pas. Il est à souhaiter que des actions concrètes soient menées pour que les auteurs de ces atrocités d’une autre époque soient jugés et punis à la hauteur de leur crime.

Boulkindi COULDIATI