Skip to content

Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

RDC: animaux protégés tués par des militaires dans un parc national

Source: AFP

Au moins 26 animaux dont 7 hippopotames et 5 éléphants ont été tués en mars par des militaires dans le Parc national des Virunga, dans l’est de la RD Congo, malgré l’interdiction de pêche et de chasse sur ce site classé par l’Unesco, a-t-on appris mardi auprès d’une ONG locale.

Selon un décompte réalisé par l’ONG congolaise Innovation pour le développement et la protection de l’environnement (IDPE), des militaires des Forces armées de la RDC (FARDC) ont abattu du 3 au 28 mars 7 hippopotames, 5 éléphants, 5 antilopes, 4 babouins, 3 chimpanzés et 2 buffles.

Ces militaires “utilisent leurs femmes ou leurs cousins pour le commerce de la viande” de ces animaux dans des villages situés à proximité du parc, écrit l’ONG dans un document, illustré notamment par deux photos datées du 31 mars d’éléphants tués en état de décomposition.

Les soldats s’adonnent au braconnage, d’après l’IDPE qui cite le commandant de la 15è brigade des FARDC – à l’origine selon elle de la majorité des cas – en raison de “l’insuffisance de leur ration alimentaire”, quand celle-ci n’est pas “détournée”.

Ils ont également développé un commerce d’ivoire dans la province du Nord-Kivu (est), où est situé le Parc des Virunga, avec des commerçants “qui achètent ces ivoires à Goma et à Butembo auprès des militaires et qui les amènent en Chine et à Dubaï”, affirme l’ONG.

L’IDPE propose “la démilitarisation” de ce parc situé à la frontière avec l’Ouganda. Elle y avait dénombré entre fin mai et mi-juin 2009 “au moins 31 animaux dont 11 oiseaux migrateurs et 3 hippopotames” tués.

Créé en 1925, le Parc national des Virunga, le plus ancien d’Afrique, est classé au patrimoine mondial de l’Unesco. Il abrite notamment 200 gorilles des montagnes et une petite population de gorilles des plaines, une espèce particulièrement menacée d’extinction.

Des groupes armés, miliciens et soldats de l’armée congolaise, présents dans la région, y déciment des animaux, notamment pour se nourrir, et abattent des arbres pour produire du charbon de bois.