Skip to content

Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

RDC: nouvelles accusations de Human Rights Watch

Par BBC Afrique

Paul Kagame du Rwanda

-Après l’Onu, Human Rights Watch accuse le Rwanda d’aider des rebelles congolais.
L’organisation de défense des droits de l’homme américaine Human Rights Watch accuse l’armée rwandaise d’avoir fourni des centaines d’hommes ainsi que des armes et des munitions aux rebelles du M23 en République démocratique du Congo, et de servir de refuge à leur chef présumé Bosco Ntaganda malgré un mandat d’arrêt de la Cour pénale internationale.

Après le rapport interne de l’ONU révélé par la BBC la semaine dernière selon lequel 11 combattants du M23 avaient déclaré avoir été recrutés et armés au Rwanda, Human Rights Watch affirme dans un communiqué publié ce lundi que l’armée rwandaise est directement impliquée dans la fourniture de 200 à 300 nouvelles recrues ainsi que d’armes lourdes et de munitions aux rebelles.

Des combattants qui ont quitté les rangs du M23 ont également déclaré à Human Rights Watch qu’ils ont vu au Rwanda le général rebelle Bosco Ntaganda, considéré par les analystes et par les autorités congolaises comme le véritable responsable de la nouvelle rébellion qui secoue l’est du Congo depuis deux mois.

Samedi, le gouvernement de Kinshasa a estimé dans un communiqué que les informations données par les combattants capturés « confirment le recrutement forcé de jeunes mineurs d’âge par les mutins tant au pays même qu’à l’étranger ».

De son côté, la ministre des affaires étrangères rwandaise Louise Mushikiwabo a démenti à plusieurs reprises l’implication de son pays dans le conflit en RDC.

Dans un communiqué publié avant même la publication du rapport d’aujourd’hui, elle a qualifié les travaux de Human Rights Watch de « simplistes », « irresponsables » et « aussi dangereux que des balles ou des machettes ».

Le général Ntaganda et les dirigeants du M23 ont eux aussi rejeté les rapports qui les accusaient de collaborer entre eux ou avec le Rwanda.