Skip to content

Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

Retrospective 2010: Diplomatie, mauvais climat des affaires, élections, la RDC face aux grands défis

Source: L’Observateur,

– L’année 2010 qui s’achève ce vendredi 31 décembre 2010 a été riche en évènements dans divers domaines en république démocratique du Congo, en Afrique et dans le monde.

Au cours de cette année la République démocratique du Congo a connu un véritable ballet diplomatique qui avec notamment les festivités du Cinquantenaire de l’indépendance du pays, le jeudi 30 juin 2010. Ces festivités ont été rehaussée par la présence de plusieurs personnalités de marque, en l’occurrence le Roi Albert II de la Belgique et la Reine Paola, ainsi que plusieurs chefs d’Etat, chefs de gouvernement africains parmi les quels les congolais Denis Sassou Ngouesso, le gabonais Ali Bongo, le centrafricain François Bozize, le tchadien Idriss Deby, le sud-africain Jacob Zuma . Le Cinquantenaire de l’Indépendance restera certainement le plus grand évènement politique en République démocratique du Congo. Au cours de sa visite à Kinshasa, le Roi et la Reine ont eu l’occasion de visiter des investissements belges en République démocratique du Congo tels que l’école belge, le chantier naval de Chanimental sur le site du Mont Ngaliema, l’Institut National des Arts (visité par la Reine Paola) et (INA) et l’hôpital Roi Baudouin. Le vendredi 1er juillet, le Roi et la Reine rencontreront à la résidence de l’ambassadeur de Belgique à Kinshasa la communauté belge de la RDC , le personnel de l’ambassade et les anciens congolais de la Belgique. A l’occasion des festivités de l’Indépendance, la ville de Kinshasa a refait peau neuve avec la réhabilitation et l’agrandissement du Boulevard du 30 juin , la modernisation de la Place de la gare et l’érection de plusieurs monuments.

Quatre mois après, en octobre plus précisément, la République démocratique du Congo remporte un nouveau succès diplomatique, cette fois à Montreux, en Suisse. En effet, les Chefs d’Etast présents aux travaux du 13ème sommet de la Francophonie, à Montreux, en Suisse, vont désigner la République démocratique du Congo pour organiser le 14ème sommet de la Francophonie, en 2012. Dans son discours prononcé pour la circonstance, le président Joseph Kabila a remercié le gouvernement Suisse et tous les pays membres de l’Organisation Internationale de la Francophonie d’avoir choisi la République démocratique du Congo pour abriter le XIVè sommet de la Francophonie en 2012. ” La RDC a pris l’engagement non seulement

d’abriter ces assises mais également de contribuer à sa réussite. En tout cas, la détermination, la volonté sont là et les dispositions sont en train d’être prises pour que nous soyons au rendez-vous de 2010 “, a déclaré en substance le président Joseph Kabila. Au mois de novembre 2010, Kinshasa a abrité la réunion des parlementaires Afrique-Caraïbes-Pacifique- Union européenne qui a couronné le succès diplomatique de la RDC.

Dérapages économiques

Mais le succès diplomatique obtenu par la République démocratique du Congo au cours de l’année 2010 ne peut pas nous faire perdre de vue des dérapages observés notamment dans les domaines économique, social. Au cours de l’année 2010, plusieurs missions économiques ont séjourné en République démocratique du Congo. Des hommes d’affaires et opérateurs économiques belges, français, marocains, tunisiens, indiens sont venus en RDC avec pour mission d’étudier des possibilités d’investir dans le pays. Ils ont ainsi pris contacts avec leurs homologues congolais pour créer des partenariats d’investissement en République démocratique du Congo. Or force est de constater qu’à la fin de l’année, aucun de ces investisseurs n’expriment encore le désir de revenir en RDC. La raison évoquée c’est le mauvais climat des affaires. Dans son rapport sur le climat des affaire publié en 2010, la Banque Mondiale considère la RDC comme un des pays à haut risque.

Pour beaucoup d’observateurs, le mauvais climat des affaires auquel il faut associer la corruption, le détournement et les pillages des richesses du Congo sont les notes sombres du pays à la base de la misère et la pauvreté. Au cours de cette année par exemple, très peu d’emploi ont été créés, a affirmé un responsable de l’Anapi. Si au mois de juin 2010, l gouvernement congolais a réussi à atteindre le point d’achèvement de l’Initiative Pays pauvres très endettés (PPTE), il y a lieu de souligner que les efforts énormes doivent encore être fournis concernant l’amélioration du climat des affaires. Pour preuve, au cours de cette année, la RDC a figuré au bas de l’échelle dans le rapport Doing Business. Le mercredi 27 octobre 2010 l’ONG Transapranecy International (TI) a rendu public son rapport 2010. Ce rapport est très accablant–. Près de 75% des 178 Etats évalués dans ce rapport sont gravement corrompu. La République démocratique du Congo a occupé la 164ème place sur 178. Cela montre qu’au cours de l’année 2010, la pays est classé parmi les Etats les plus gravement corrompu. ” Un triste record qu’elle partage avec d’autres pays de la planète tels que la Somalie.

De son côté, le Programme des nations Unies pour lé développement (PNUD) a , dans son rapport sur le développement humain, placé la République démocratique du Congo, 51ème pays sur les 53 que compte l’Afrique. Sur le plan social, les congolais n’ont jamais connu l’année du social que leur avait promis le gouvernement. La situation dans plusieurs entreprises de l’Etat et des entreprises privées ont été marquée par une série de grèves et mouvements de contestation sociale menées par des agents et travailleurs. L’écart entre les congolais vivant dans l’opulence et la grande majorité de congolais vivant dans l’extrême pauvreté, impayés est considérable. Dans une déclaration faite en novembre 2010, le gouvernement annonce sa décision de se désengager dans la prise en charge des différentielles sur le prix réels du carburant et du prix à la pompe. Cette décision a des répercussions sur la vie sociale des congolais avec notamment l’augmentation de prix de transports, qui par effet d’entraînement provoque la flambée des prix des biens de consommation sur le marché de Kinshasa et dans d’autres provinces. ” La population congolaise s’étonne de peu d’intérêt accordé à cette augmentation des prix par des députés, En effet, les députés qui ont été élus par le peuple congolais restent silencieux et insensibles face à cette question d’intérêt stratégique pour les congolais “, a déclaré un membre de la Société civile congolaise. L’autre note sombre c’est le règne de l’impunité qui a caractérisé le paysage politique et économique congolais. A cela il faut ajouter la forte corruption observée dans le secteur minier et les pillages des ressources naturelles de la RDC aussi bine par des congolais que des étrangers.

Les élections

Au mois d’août, le président de la Commission Electorale Indépendante, M. l’Abbé Malu Malu a publié le calendrier électoral pour préparer les élections générales de 2011. quelques semaines après, le représentant spécial du secrétaire général des Nations Unies en RDC et patron de la Monusco, M. Roger Meece va annoncer le soutien de la Monusco au processus électoral en cours et au calendrier élaboré par la Commission électorale indépendante. L’opposition congolaise s’oppose. Celle-ci va continuer son rôle suite aux divergences de vue de acteurs politiques congolais sur la formation de la Commission électorale nationale Indépendante (CENI). La CEI lance l’opération de révision de fichier électoral dans respectivement les provinces du Bas Congo, à Kinshasa et dans le Maniema. Le mardi 28 décembre 2010, le Projet d’appui au cycle électoral (PACE) a réceptionné du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) un lot de 600.000 cartes d’électeurs en prévision des prochaines élections générales prévues en 2011 en RDC ; Ces 600.000 cartes d’électeurs constituent un premier lot sur un total de 6,5 millions de cartes d’électeurs supplémentaires devant couvrir sur l’ensemble du territoire congolais. La réception de ce premier lot vient s’ajouter aux 31 millions de cartes d’électeurs déjà commandées et livrées. Elle s’inscrit dans le cadre du soutien des Nations Unies au processus électoral en République démocratique du Congo.

( A suivre)

Luc-Roger Mbala Bemba

© L’Observateur, 31.12.10