Skip to content

Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

Selo Charly Esalo:”Floribert Chebeya sera enterré le 30 juin à Kinshasa, pas ailleurs !”

 

Par Freddy Mulongo

Connu et reconnu pour ses implications dans les marches pacifiques pour défendre la souveraineté du Congo dans la diaspora en France et Belgique, Charly Esalo vient de hausser le ton dans l’assassinat de Floribert Chebeya dont on ne sait plus trop si la corps sera enterré à Kinshasa (volonté de la famille et tous les congolais y compris la diaspora) où à Bukavu (manigance du pouvoir en place).”Floribert Chebeya sera enterré le 30 juin à Kinshasa, pas ailleurs !” déclare Charly Esalo. On apprend que ” Kinshasa veut déplacer le corps de Floribert Chebeya à Bukavu. L’objectif est d’empêcher des millions de Kinois de rendre un dernier hommage à ce valeureux défenseur des droits de l’Homme dans une ville où il a mené, durant plusieurs années, un combat sans concession pour respect des droits et libertés” commencent déjà à se plaindre les ONG.n le programme provisoire publié par les organisations de défense des droits humains, la date des funérailles de Floribert Chebeya Bahizire a été fixée au 30 juin prochain au cimetière de la Gombe. Or Il semblerait que pour les autorités congolaises, le corps de Floribert Chebeya pourrait quitter la morgue de l’hôpital Mama Yemo, dès ce lundi 14 juin 2010 avec pour destination, la ville de Bukavu. hasard du calendrier ? Marcellin Chisambo, ex-conseiller diplomatique de Joseph Kabila vient d’être élu gouverneur du Sud-Kivu dont la ville province est précisément Bukavu.

Le joséphiste gouverneur ne va-t-il pas céder aux sirènes trop pressantes de son chef ? Pour Charly Esalo, rien ne doit être négligé, en politique il ne faut jamais regarder le doigt à la place du soleil.

La société civile congolaise, le peuple congolais dans sa diversité doivent se mobiliser contre l’assassinat de Floribert Chebeya pour que ce dernier soit élucider et les assassins trainer en justice.

Charly Esalo qui en décembre 2008, était déjà sorti du silence pour témoigner au grand jour que Nkunda n’était pas un officier congolais avec preuve à l’appui n’en démord pas avec l’histoire de 26 provincettes au Congo. Il faut dire que l’article 2 de la constitution de Liège de 2005 avec appui forcené de Louis Michel de la République démocratique du Congo spécifie un découpage du pays en 26 provinces, comprenant la ville-province de Kinshasa.

Votée en février 2006, cette nouvelle organisation territoriale adoptée par les députés et sénateurs AMP, parti-Etat pose un vrai problème sur l’unité même de la RDC et de sa balkanisation. Certains s’appuient sur l’article 226 pour exiger cette provincialisation à outrance. Les modérés estiment que les réalités congolaises ne doivent en aucun ressembler à la Belgique qui est entrain de se pulvériser entre les Flamands et les Wallons. La division est plus que profonde entre ces deux tribus.

Déjà, la NVA, parti nationaliste flamand vient de créer un véritable séisme politique en Belgique en obtenant 27 sièges au parlement qui en compte 150 dont 60% pour les partis flamands. La NVA prône pour la Flandre, plus d’autonomie pour ne pas dire l’indépendance. A la longue la disparition de la Belgique dans la configuration actuelle.

Or la Constitution de Liège écrit par les Belges et non par des Congolais cache en elle, les dérives de la balkanisation et la République Démocratique du Congo ne doit pas suivre l’exemple de la Belgique qui se déchire. “Le Congo doit demeurer dans sa vision unitaire actuel même s’il faut encourager une forte décentralisation. Il ne faut pas encourager la balkanisation” déclare-il.

 La mort Floribert Chebeya fait réfléchir va-t-on cette fois au moins retrouver les commanditaires ? Franck Ngycke et son épouse Hélène Mpaka, Bampuwa wa Mulumba, Serge Maheshe, Pascal Kabangulu, Didace Namujimbo… sont-là pour prouver que l’impunité règne en maître au Congo. Les assassins de ces journalistes et activistes de droits de l’homme n’ont jamais été retrouvés ni inquiétés.