Skip to content

Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

Sport- CAN2010: triste 0-0 entre le Gabon et la Tunisie, Cameroun-Zambie à suivre

Source: AFP

La Tunisie et le Gabon se sont neutralisés sous la pluie dans un 0-0 terne qui laisse la première à la traîne du groupe D (deux points), tandis que le second confortait sa position de leader (quatre points), dimanche à Lubango.

La situation commence même à devenir critique pour la Tunisie: sa qualification pourrait passer par une victoire impérative contre le Cameroun jeudi. On connaît défi plus facile. Le Gabon en revanche, après avoir maté ce même Cameroun (1-0), accroche le deuxième favori de son groupe: on connaît parcours plus raté.

Raté, le mot est lâché. Les deux équipes avaient promis un match ouvert et technique? Elles se sont évertuées à démontrer le contraire, comme si les gris nuages couvrant Lubango avaient déteint sur le jeu.

Pour les heureux retardataires, elles proposaient même à l’entame du dernier quart d’heure un joli résumé de cette partie d’approximations et de loupés: le Gabonais Aubameyang, seul au second poteau, ratait son contrôle (76e), et le Tunisien Jemâa, dans la même position, arrivait en retard sur le centre de Dhaouadhi (77e).

Ce spectacle affligeant aboutissait parfois, brèves éclaircies, à des frappes lointaines repoussées par Ovono et Mathlouthi à la manière de gardiens de handball, le ballon épousant de capricieuses trajectoires.

Le sélectionneur tunisien Faouzi Benzarti avait pourtant promis “d’essayer de jouer plus agressif et plus offensif”. Agressif, pourquoi pas. Offensif? Il y eut l’occasion en or de Msakni, effaçant Ovono avant de s’emmêler les pinceaux avec l’aide de Brou (28e), ou la tête de Jemâa à ras du poteau (49e).

Mais les Aigles de Carthage volaient bien bas: le création péchait, et Dhaouadhi, si tranchant contre la Zambie mercredi (1-1), demeurait introuvable, tout comme Chermiti, décevant.

Côté Panthères, la défection de Moubamba (hanche gauche) donnait sa chance à Mouloungui. Une tête près du poteau (20e) et des solutions dans l’entrejeu proposées par l’attaquant de Nice bousculaient les Tunisiens. Sans les faire tomber. Ni relever le niveau général. Boueux.

Le Cameroun, défait dès son premier match et dernier de son groupe D, ne peut se permettre un nouveau faux pas, contre une équipe de Zambie qui avance sans pression.

“Peut-être que le Cameroun aime jouer avec la pression”, hasarde sa star Eto’o. Et la pression est forte sur les Lions après le coup de griffe infligé par les Panthères gabonaises mercredi (1-0). Pression aiguisée par la décontraction affichée depuis. Désinvolture?

Le sélectionneur Paul Le Guen, qui s’avoue “plus marqué” par la défaite en tant qu’entraîneur, accepte cette joie pourvu qu’elle n’empiète pas sur le sérieux nécessaire pour aborder un match couperet: “L’attitude de jeudi matin (lors du décrassage) ne me dérange pas à condition qu’il y ait une concentration totale demain” (dimanche).

Le technicien français va-t-il persister à placer Eto’o sur le côté gauche de l’attaque? Il n’a pas souhaité dévoiler ses plans, mais l’intéressé, qui avoue viser le titre honorifique de meilleur buteur sur une CAN (détenu depuis 1974 par l’ex-Zaïrois Pierre Ndaye Mulamba avec 9 buts), lui fait confiance.

“J’espère qu’il me fera pas jouer au poste de Carlos (Kameni, le gardien), mais s’il me le demandait, je le ferais sans penser à mon bien propre, mais au bien de l’équipe”, lance même Eto’o sur le ton de la plaisanterie.

On rigole, mais “un Lion blessé est toujours dangereux”, souligne pour sa part Hervé Renard, le sélectionneur de la Zambie qui compte renforcer son assise défensive et neutraliser Alexandre Song, le milieu axial des Camerounais