Skip to content

Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

Tshisekedi chasse Samy Badibanga !

Par Le Baromètre

APRES JACQUEMAIN SHABANI, LA MESSE PARAIT AVOIR ETE DITE POUR LE PRESIDENT DU GROUPE PARLEMENTAIRE DE L’UDPS/FAC

Samy Badibanga- Depute National

-Une certaine confusion a semblé régner au sein de la Majorité présidentielle populaire qui siège dans la résidence de l’opposant historique basée dans la commune de Limete à Kinshasa autour de désignation du porte-parole de l’opposition. Pourtant, comme on le sait, c’est en principe le leader de l’UDPS qui devait occuper ce poste compte tenu du combat qu’il a mené pour l’instauration de la démocratie dans notre pays. A ce jour, ce dernier continue, comme on le sait, de se battre pour faire reconnaitre la victoire qu’il prétend avoir acquis lors de la présidentielle de novembre 2011. Pour lui, donc, la confusion ne peut plus persister en cette matière du moment que lui a ses idées ailleurs. Dans cet ordre d’idées, il ne comprend pas comment une partie de l’opposition politique pourrait vouloir épouser le point de vue de la majorité au pouvoir au point de chercher à bloquer l’élection de la personnalité la mieux indiquée pour porter la voix de l’opposition au niveau officiel.

C’est ainsi que pour couper court à toute spéculation, il vient de prendre une décision qui va remettre la situation à sa juste place. Dans cet ordre d’idées, il vient de frapper fort par sa décision n°083/UDPS/PP/12 du 21 juin 2012 par laquelle il déchoit son conseiller spécial qui, contrairement à l’avis de tous, se porte candidat au poste de porte-parole de l’opposition. Il ne pouvait donc pas laisser ce comportement perdurer, cela explique la décision dont question (en pièce jointe). Dans cette voie, il est suivi par des députés de cette formation politique qui, par une déclaration politique, retirent leur confiance à l’ambitieux qui n’est autre que Samy Badibanga. Comme quoi, la voie est désormais ouverte pour Vital Kamerhe de briguer sans encombre le poste de Porte-parole de l’opposition.

Quoi qu’on le dise et qu’on le fasse, les élus de la nation appartenant à ce petit groupe pourraient réaliser la grosse erreur qu’ils commettent, celle de vouloir mettre les bâtons dans les roues du Président de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC) dans la course pour le poste important prévu dans la Constitution adoptée en 2006 et dont la désignation devait intervenir depuis le début du dernier quinquennat. Il est en effet désolant que ce petit groupe là n’ait jamais voulu tenir compte du fait qu’en agissant dans le sens de retarder ou de bloquer le choix du porte-parole, il donne l’impression de jouer franchement le jeu de la majorité au pouvoir. Dans le cas contraire, l’on ne peut expliquer que ces députés veuillent empêcher ou du moins bloquer l’élection de la personnalité qui sera appelée à représenter l’opposition dans son ensemble au niveau officiel. D’autres formations politiques ayant pignon sur rue se sont déjà prononcées sur cette question en indiquant leur volonté de pousser tous les acteurs politiques n’exerçant pas le pouvoir en faveur de Vital Kamerhe. Avec la décision qu’Etienne Tshisekedi vient de prendre contre le député de sont parti qui refuse visiblement de se plier à la ligne politique que tout le monde est en train de suivre, aucun doute ne peut plus persister dans les esprits.

Samy Badibanga a perdu un poste clé

Curieusement, ce député élu grâce à l’aura d’Etienne Tshisekedi a préféré, sans doute émoustillé par d’autres collègues de partis qui se disent de l’opposition mais qui, visiblement, donnent l’impression de se ranger du côté de ceux qui sont présentement au pouvoir, a choisi de défier Vital Kamerhe. Il est alors porté candidat pour le même poste, oubliant qu’après Joseph Kabila et Tshisekedi, c’est le Président de l’UNC qui est habilité à briguer le poste en question. Face au mauvais comportement de son député de parti, l’opposant historique a donc voulu dissiper toute confusion autour de cette question en signant en date du 21 juin 2012, la décision dont le fac-similé (en pièce jointe) et portant déchéance de cet élu de la nation de ses fonctions de conseiller spécial du président de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social. De ce fait, l’Honorable Samy Badibanga  perd un poste clé dans la hiérarchie du parti qui faisait de lui un cadre incontournable dans les négociations politiques. A la suite de cette importante décision, la voie semble désormais très ouverte pour celui qui s’était classé en troisième position lors de la présidentielle de novembre 2011. Il peut dès lors cheminer lentement mais sûrement vers la conquête du poste de Porte-parole de l’opposition. C’est dire que le 5 juillet 2012, les Présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat assisteront à la victoire de celui qui aura été à la base de la naissance du parti présidentiel, à savoir le parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), qui aura tout mis en  œuvre pour faire gagner Joseph Kabila lors des élections présidentielles de 2006, et qui aura présidé avec bonheur la chambre basse du Parlement. Et qui, en peu de temps, aura réussi à mettre en place une formation politique, à savoir l’Union pour la Nation Congolaise (UNC) qui s’est classée parmi les partis ayant pignon sur rue au regard du nombre de ses députés à l’Assemblée nationale. Vital Kamerhe va alors occuper ce poste en dépit des manœuvres de tous genres que des députés qui disent appartenir à l’opposition son en train d’orchestrer dans tous les milieux du pouvoir. En dernière minute, l’on nous fait savoir que les députés nationaux du groupe parlementaire UDPS-FAC viennent de rendre public une déclaration politique désavouant Samy Badibanga pour s’être déclaré candidat porte-parole.

Nous reproduisons en pièce jointe, l’intégralité de cette déclaration.

 

Roger Makangila