Skip to content

Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

Tshisekedi et ses rêves S’il se présente, Tshisekedi fera un score honorable mais pas assez pour l’emporter

Source: Le Softonline

En vérité, on ne sait pas très bien s’il ne faut pas parler d’un effet d’annonce. Le leader de l’UDPS (Union pour la Démocratie et le Progrès Social) a récemment annoncé, lors d’une conférence de presse à Bruxelles, qu’il se porterait candidat à l’élection présidentielle de l’année prochaine. Du coup, il a poussé les états-majors politiques du pays à revoir leurs calculs. On le croyait en fin de course, le voici prenant le départ de la course. Sacré Tshisekedi !

Toute sa vie, il aura été le même : un trublion. Pour se faire mieux comprendre, Etienne Tshisekedi wa Mulumba rend public son agenda. Il se rendra bel et bien à Kinshasa en fin d’année où l’attendent ses militants pour présider le premier congrès de l’histoire de l’UDPS, le premier parti connu de ce pays après les années indépendance, après le MPR-parti-état de Mobutu Sese Seko. Selon tous les prévisionnistes, s’il réalise son rêve – celui de se porter candidat à l’élection présidentielle, Etienne Tshisekedi wa Mulumba pourrait mobiliser des votes.

Plus particulièrement dans le centre du pays, dans les deux Kasaï et, sans doute dans la Capital Kinshasa – mais pas assez pour l’emporter à la Présidentielle.
En effet, pour qu’il espère devenir le prochain président du pays, le leader de l’UDPS doit compter sur des provinces telles que la province Orientale, le Katanga ou le Bandundu. Rien n’indique présentement que ces provinces acceptent de basculer au bénéfice de l’UDPS.

Si la province Orientale a souvent été une province “légaliste”, le Katanga reste le bastion le plus sûr du parti présidentiel de PPRD alors que le Bandundu n’a aucun intérêt à embrasser l’UDPS dont les relations avec le Parti Lumumba Unifié ont été de tous temps, très tendues. Et on ne voyait pour l’instant aucun autre leader de la province susceptible de se laisser séduire par Etienne Tshisekedi. Restent – par leur importance démographique – les deux provinces du Kivu, le Sud et le Nord.
On pouvait logiquement craindre une jonction entre Etienne Tshisekedi et l’ancien président de l’Assemblée nationale, Vital Kamerhe. Or, selon cependant les derniers développements, rien ne permet d’affirmer, aujourd’hui, malgré toutes les spéculations, que les deux hommes aient pu décider de convoler en justes noces. Dans une récente livraison, Le Soft International avait fait état d’une confidence d’un homme politique proche du MLC confirmant l’existence de l’axe Bemba, Tshisekedi, Kamerhe. A quoi, on ajoute un autre gros formant du Kivu, siégeant dans l’une des chambres. Puis un homme « qui vient du Katanga ». Il semble à l’analyse que tout cela soit du domaine de l’intox. Même si la couverture de Jeune Afrique (n° 2594, daté du 26 septembre au 2 octobre 2010) avait pu confirmer.

D.DADEI