Skip to content

Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

Une visite <> avortée, victoire diplomatique décisive de la résistance sur <> et le sinistre Kikaya Bin Karubi son ambassadeur à Londres… Devoir de Mémoire: Pour que ceci ne passe pas sous silence… N´est-ce pas!

Par Pépin Lulendo

kabilamutupasi2L´homme propose, Dieu dispose dit-on, comme la preuve vient une fois de plus nous être administrée. Car, depuis l´arrivée de Kikaya Bin Karubi comme nouvel ambassadeur du régime d´occupation de Kinshasa au Royaume-Uni, des rumeurs persistants circulaient depuis environ deux mois, autour de la visite officielle que devait effectuer à Londres, le jeudi 10 décembre 2009, celui qui, par usurpation d´identité congolaise, se fait appeler Joseph Kabila. Ainsi, l´annonce de la visite de ce dernier en terre britannique, faite officieusement par ses sbires et garçons de courses, avait eu – c´est le cas de le dire – l´effet d´une douche froide sur la communauté congolaise établie dans ce pays en générale, mais en particulier, sur les résistants/combattants auxquels, la simple évocation du pseudonyme politique du notre imposteur national, les met dans tous leurs états, en éveillant en eux, des forts sentiments de révolte et de haine patriotiques.

En venant à Londres, Kikaya Bin Karubi avait justement reçu pour mission de mener à bien cette démarche. Autrement dit, préparer le terrain dans la perspective de la visite de son président. Comment donc? En criminalisant en premier lieu la Résistance, grâce à un plan de guerre bien monté depuis Kinshasa. Et voilà, certaines sources dignes de foi affirment que l´ambassadeur britannique accrédité à Kinshasa, aurait fait l´objet de plusieurs interpellations et pressions de la part notamment de la Présidence de la République, du Gouvernement congolais et des services spécialisés, lesquels reprochaient à son pays de laisser libre cour à des terroristes – selon la terminologie officielle de Kinshasa – d´opérer en toute impunité contre leur régime au Royaume-Uni. Allusion faite aux résistants/combattants qui, depuis trois ans, donnent du fil à retordre à tous les agents du pouvoir d´occupation de passage à Londres.

La perfide stratégie à deux temps, peaufinée par les services de Kinshasa et dont Kikaya Bin Karubi avait la charge de mettre en application, consistait entre autres à: pousser les combattants à l´erreur, en provoquant des malheureux incidents entre eux et la milice à la solde de l´ambassadeur; et ensuite leur en faire porter le chapeau, dans le but de les disqualifier aux yeux de l´autorité britannique. Alors qu´en réalité, le tout aurait obéit à un plan minutieusement préparé à l´avance, afin de justifier le plan d´action criminel. Raison pour laquelle, Kikaya Bin Karubi qui se voulait << l´ambassadeur de tout le monde >>, avait tôt fait dès son arrivée à Londres, de faire une sortie médiatique sur les antennes de la chaîne de télévision OB TV, au cours de l´émission Straight Talk, où il qualifiait sans un minimum de diplomatie, ni de retenue ses propres compatriotes combattants/résistants de << vulgaires terroristes >>.

Une visite que l´imposteur et son ambassadeur ont voulue très grandiose, à célébrer à coups de champagnes, a finit par tourner au vinaigre…

Et pour ce faire, une mobilisation tous azimuts de leur état-major constituée de quelques collabos de Londres, et animée par Monsieur l´ambassadeur en personne était observée. Et pour le besoin de la cause, il fallait bien y mettre du paquet en vue d´un accueil en grande pompe de l´imposteur, à célébrer bien entendu à coups de champagnes. Ainsi donc, deux objectifs principaux étaient inscrits à l´ordre du jour à savoir:

Primo: procéder à l´achat de conscience, en mettant sur  pieds une milice constituée de jeunes repris de justice encadrés par deux chefs de gang, comme précédemment relayé à par l´Oeil du Patriote sur le site internet qui suit : www.aparecordc.org

Secundo: envoi en mission de propagande des quelques éclaireurs, dont un certain Jean-Marie Kasanda. Journaliste qui a depuis, vendu sa voix en s´étant mué en un fervent griot et inconditionnel collabo, dans le but de faire du vacarme au sujet de ce non événement. Cet individu, qui serait semble-t-il en charge de la << Visibilité du Cinq Chantiers >>, le chimérique plan quinquennal de l´imposteur rwandais, resté à ce jour un simple slogan , avait dû dans le cadre de sa mission, accorder une interview à la chaîne de télévision OB TV; depuis l´Aéroport international d´Heathrow, sans jamais oser entrer dans la grande agglomération de Londres, de peur justement d´être récupéré et de se voir très sévèrement lynché par les résistants/combattants.

Ainsi, déclarait-il à l´occasion ce qui suit: << Je vous annonce que nous serons ici le 10 décembre prochain avec le président, pour sa première visite officielle au Royaume-uni en tant qu´élu […] Ce sera une forte délégation, et nous viendrons accompagnés de nos musiciens qui vont agrémenter l´événement afin de le rendre très grandiose >>.

Visite avortée du << raïs >> à Londres, car l´Affaire Kikaya a tout gâté. Un veritable revers diplomatique,  victoire pour la Résistance sur Kanambe et son pouvoir d´occupation…

La Résistance congolaise toutes tendances confondues, marque des points significatifs. Ceci, tant sur le terrain militaire dans la province de l´Équateur, où les Patriotes-Résistants du Congo ( PRC ) infligent de sérieux revers aux FARDC (Forces Armées Rwandaises Déployées au Congo), ainsi qu´à leurs alliés de la MONUC ( Mission des Nations Unies au Congo), que sur le plan diplomatique au sein de la diaspora de Grande-Bretagne. Tenez! Les troubadours de Kinshasa, mis au pied du mur face au rouleau compresseur des PRC, cherchent déjà à envoyer à l´Équateur, des négociateurs secrets dont la députée nationale Wivine Moleka, après qu´ils aient essuyé le refus catégorique Vital Kamerhe.

Car, ce qu´il convient déjà de qualifier de ” l´Affaire Kikaya ” a par la force du Droit, tout gâté en bloquant la visite du << raïs >>. La plainte faite contre l´ambassadeur Kikaya Ben Laden pour association de malfaiteurs, par le professeur Julien Ciakudia, président national de l´Union des Patriotes Résistants ( UPR ), au nom de la Communauté congolaise, a dissipé les illusions de l´imposteur et de ses valets. Pour rappel, le diplomate << kuluna >> a déjà dans le cadre de cette affaire, été entendu  quatre fois par la Police criminelle britannique qui, par ailleurs, continue d´enquêter. Des copies – pour information – de la plainte contre lui ont été introduites auprès des ministères des Affaires étrangères (Foreign Office) et de l´Intérieur (Home Office), voire à Downing Street 10, chez le premier ministre britannique, où il n´est plus désormais en odeur de sainteté.

Et quant à la visite dite officielle de Kanambe, qui aurait dû avoir lieu le 10 décembre dernier , le moins que l´on puisse  en dire est que: se faire accueillir, mais surtout s´afficher pendant tout son séjour aux côtés d´un ambassadeur d´ores et déjà compromis, après s´être servi de l´Ambassade de la République comme base arrière pour l´organisation des activités hautement criminelles, est décidément une pilule trop amère à avaler. Ceci reviendrait pour ainsi dire, à se faire éclabousser et à se faire hara-kiri diplomatique.

Voilà pourquoi  le Commandant Hyppo, voit enfin son rêve londonien brisé net. Un véritable revers diplomatique, une victoire pour la Résistance sur lui et son pouvoir d´occupation. La diaspora de Grande-Bretagne quant à elle, mobilisée comme un seul homme, a organisé une grande manifestation le jeudi 17 décembre dernier, pour exiger sans condition: le renvoi de l´indésirable Monsieur l´Ambassadeur d´où il est venu.

En effet, sur le plan diplomatique, tout porterait à croire que l´étau se resserre inexorablement et de façon collective autour de tous << Ces tueurs tutsi. Au coeur de la tragédie congolaise >>, pour ainsi paraphraser le titre de la dernière publication du journaliste Charles Onana. Ainsi, s´agissant de Paul Kagame, après qu´il eut été traqué – comme un vulgaire négociant de poules volées au marché central de Nyabugogo à Kigali – le 02 novembre dernier par la Résistance congolaise à The London Stock Exchange, la Bourse de Londres; où il était secrètement venu négocier avec ses responsables les prix de matières premières stratégiques (pétrole, coltan et uranium) que le Rwanda son pays ne possède pas dans son sous-sol ; venait lui aussi, pour des raisons non élucidées, de manquer le mercredi 16 décembre dernier, à un grand rendez-vous diplomatique avec le président français Nicolas Sarkozy à Paris, dans le cadre de la rencontre avec les chefs d´État de la Commission des Forêts d´Afrique centrale.

La cause de sa fuite, d’après les observateurs avisés, est le fait que le général  Lafourcade, commandant de l’Opération Turquoise au Rwanda en 1994, ait interpellé dans une lettre ouverte  Nicolas Sarkozy, pour que soit établie la verité ( par un procès en bonne et due forme ) sur le rôle des troupes française sous mandat des Nations unies.

Et dans la foulée, le processus de démantèlement de la milice de l´ambassadeur << kuluna >> qui semait la terreur va bon train. Deux irréductibles jeunes repris de justice, ont été appréhendés et sont actuellement sous les verrous. De plus, un certain Polesha qui, à sa sortie de prison où il a dû séjourné pendant cinq ans, intégra aussitôt la milice de l’Ambassadeur. Cet individu activement recherché par la Police britannique, a dû selon nos sources issues de la 5ème colonne, trouver refuge dans les locaux de l’Ambassade où le maître des lieux, s’apprête à lui fournir les documents nécessaires (passeport, billet et autres…) pour son évacuation vers le Congo. Et ainsi passer entre les mailles de la Police britannique. Le calme est depuis lors revenu à Londres. Plus de menaces de mort, ni d´actes de vandalisme à l´encontre des biens des Congolais. Tel est pris qui croyait prendre, dit un proverbe. L´ambassadeur Kikaya Bin Karubi, rattrappé par son funeste projet contre sa propre communauté, sera bientôt envoyé à la Haute Cour Royale pour y répondre de se actes criminels.

Que Dieu bénisse le Congo et garde son peuple!

Pépin Lulendo

Stockholm, 30 décembre 2009