Skip to content

Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

Voici ce que l’accusation reproche à Katumbi

Moise-K-Le journal kinois L’Avenir, proche de la Majorité présidentielle, a publié vendredi le “dossier” d’accusation du candidat à la présidentielle Moïse Katumbi, inculpé jeudi d’atteinte à la sûreté de l’Etat, mais sans en indiquer la provenance.

Voici l’essentiel de ses 66 points, publiés sur trois pages.

1. Dix “anciens militaires américains”, avec nom et n° de passeport, ont été identifiés dans l’entourage de M. Katumbi. Leurs demandes de visa les présentent comme “touriste, agriculteur, fermier, logisticien, Médecin MSF, professeur, homme d’affaires, missionnaire, membres d’ONG”. Ils ne se sont présentés ni “à l’ambassade” américaine à Kinshasa, “ni au consulat américain à Lubumbashi”.

2. Ils sont entrés au Congo à des dates différentes et avec des visas de voyage d’un mois, prolongés ensuite pour trois mois – visas qui ne leur donnent pas l’autorisation de travailler. Ils ont travaillé pour M. Katumbi comme “agents de sécurité” et ont été logés dans différentes propriétés de celui-ci.

3. Trois d’entre eux sont entrés au Congo sous couvert de la société de sécurité Jones Group International, dirigée par le général en retraite James Logan Jones, en contact avec la société congolaise de gardiennage Pomba One Security, dirigée par Corneille Franck Mwashila, ancien policier congolais. Selon le dossier, “la loi interdit l’utilisation d’éléments issus des forces armées, de la police (…)” dans une société de gardiennage, ainsi que d’”étrangers n’ayant pas séjourné au pays 5 ans durant sans interruption”. En outre, Pomba One Security fonctionnait “sans permis d’exploitation” et “sans paiement des frais requis”. Enfin, les Américains n’ont pas été accueillis, à leur arrivée à Lubumbashi, par Pomba “censée les avoir invités mais plutôt par les proches de M. Moïse Katumbi, dont son préposé au protocole”.

4. M. Mwashila serait “un des gardes du corps les plus proches de M. Moïse Katumbi” et “a déclaré sur PV n’avoir jamais eu, dans sa vie, ni contrat ni contacts avec la société Jones Group International”. Il a néanmoins travaillé “de janvier au 24 avril 2016” dans une résidence de M. Katumbi avec six des Américains “comme garde du corps”.

5. Trois des Américains ont été invités au Congo “par M. Moïse Katumbi à travers l’ONG Oeuvre sociale pour les Amis chrétiens”.

6. Enfin, le principal des Américains cités, Darryl Lewis, a été US Marine de 1985 à 89, quand il a quitté l’armée américaine. Il a ensuite travaillé pour la société de sécurité Blackwater, pour laquelle il a effectué des “missions (…) notamment en Afghanistan, au Kosovo, en Irak, au Burundi et aux Emirats arabes unis”.