Skip to content

Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

Washington regrette la suspension des négociations

marie-harf_0 – Les Etats-Unis ont déploré lundi la suspension des négociations entre le gouvernement de la République démocratique du Congo et les rebelles du M23, affirmant que ces derniers “retardent volontairement” le processus. “Les Etats-Unis regrettent que des progrès plus importants n’aient pas été accomplis en vue de la conclusion d’un accord ce week-end à Kampala”, a déclaré à l’AFP la porte-parole adjointe du département d’Etat Marie Harf. Celle-ci a ajouté que les Etats-Unis étaient “inquiets que le M23 retarde volontairement le processus et ne négocie pas de bonne foi”. Le gouvernement de la RDC et les rebelles s’accusent mutuellement d’être responsables des derniers blocages mais maintiennent une délégation à Kampala, où se tiennent les réunions et où le gouvernement ougandais joue les bons offices. Marie Harf a souligné “les efforts faits de bonne foi par le gouvernement de la RDC pour négocier un accord final”. Washington appelle maintenant le M23 à “démontrer sa volonté de parvenir à une solution pacifique dans cette crise en signant un accord qui permettrait un désarmement et une démobilisation immédiats du M23, et selon lequel les chefs de la rébellion impliqués dans des violations des droits de l’homme devraient rendre des comptes”. “Nous estimons qu’un accord de principe complet doit être signé dans un futur très proche”, a ajouté Marie Harf. Soutenu par la communauté internationale, Kinshasa refuse d’accorder l’amnistie à quelque 80 dirigeants du M23, et s’oppose à ce que ces hommes puissent faire de nouveau partie des Forces armées de la RDC (FARDC). Marie Harf a redit lundi que l’accord final ne devait pas permettre d’amnistie pour les chefs du M23, une demande déjà formulée plus tôt dans la journée par l’envoyée spéciale de l’ONU pour la région des Grands Lacs, Mary Robinson.

Les négociations de Kampala avaient repris le 10 septembre après plusieurs mois d’arrêt, sous la pression des chefs d’Etat de la région des Grands Lacs.

Affaibli depuis la dernière offensive conjointe de l’armée congolaise et des Casques bleus fin août, le M23 contrôle une zone de quelque 700 km2 limitrophe du Rwanda et de l’Ouganda, dans l’est de la RDC.

L’ONU et Kinshasa accusent régulièrement le Rwanda et l’Ouganda de soutenir le M23, ce que ces deux voisins de la RDC démentent.

AFP

Tags: