Skip to content

Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

Allégations de fraude contre une minière canadienne

Source: Cyberpresse

Le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) va enquêter sur des allégations de malversations concernant la société minière canadienne First Quantum Minerals (FQM) présente dans le sud-est du pays, a-t-on appris mardi auprès d’un responsable congolais.

Ces allégations portent sur de la «fraude fiscale», a déclaré à l’AFP Bene M’Poko, coordonnateur pour le gouvernement congolais pour les questions d’investissements et les ressources naturelles.

La RDC et FQM, qui opère dans la riche province minière du Katanga (sud-est), sont en procès devant la chambre de commerce de la cour internationale d’arbitrage à Paris après la résiliation en août 2009 d’un contrat liant les deux parties à l’entreprise Kingamyambo Musonoi Tailings (KMT), qui opérait à Kolwezi et dont FQM est actionnaire majoritaire.

La résiliation, en raison notamment «d’irrégularités», selon le ministère des Mines, concernait aussi les deux autres filiales de FQM, Frontier et Comisa, qui exploitaient du cuivre à Sakania, à plus de 250 km de Lubumbashi, capitale du Katanga.

En mai, la Cour suprême de justice congolaise avait décidé de retirer le permis d’exploitation à ces deux filiales au profit de la Sodimico, une société de l’État congolais. Le site de Frontier, qui emploie quelque 1 500 personnes, a suspendu ses activités ces derniers jours.

«Non seulement la compagnie a agi de manière illégale, raison pour laquelle sa licence a été révoquée, mais des informations récentes suggèrent que les dirigeants de la compagnie ont été impliqués dans des malversations», déclare le ministre des Mines Martin Kabwelulu, cité dans un communiqué diffusé mardi au nom du gouvernement par une société de relations publiques basée en Grande-Bretagne.

L’enquête demandée par les autorités congolaises sera menée par un «cabinet d’audit de renommée internationale», est-il ajouté dans le communiqué, sans autres précisions.

«L’élimination de la FQM permettra d’assurer un niveau supérieur de gestion des consortiums présents dans notre pays», conclut le ministre.

La direction de FQM n’était pas joignable pour l’instant.

L’enquête demandée par les autorités congolaises sera menée par un «cabinet d’audit de renommée internationale», est-il ajouté dans le communiqué, sans autres précisions.

La RDC recèle d’immenses ressources naturelles, dont 34% des réserves mondiales connues de cobalt et 10% des réserves de cuivre, ainsi que de l’or, du diamant, de l’uranium.

4 542 titres miniers ont été octroyées à 642 sociétés sur l’ensemble du territoire. Les concessions couvertes par ces titres (pour la recherche ou l’exploitation) représentent 33 % de la superficie du pays, selon le ministère des Mines.

La révision d’une soixantaine de contrats miniers, débutée en 2007 et achevée en 2009, avait permis à l’État de récupérer 312 millions de dollars, essentiellement en droits d’entrée. Une quarantaine de contrats passés entre l’État et/ou des entreprises publiques ont été maintenus, 15 résiliés et six ont été finalisés.
Agence France-Presse

 © Copyright Cyberpresse