Skip to content

Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

ASADHO:COMMUNIQUE DE PRESSE N°25/2010 -Maître Mwila arrêté

                             

Association Africaine de Défense des Droits de l’Homme African Association for the Defense of Human Rights    

COMMUNIQUE DE PRESSE N°25/2010

 « Mes Nicole Bondo Muaka et André Marie Mwila Kayembe, deux défenseurs des droits de l’homme arrêtés et détenus arbitrairement à Kinshasa »

L’association africaine de défense des droits de l’homme, ASADHO en sigle, denonce l’arrestation et la détention de Mes Nicole Bondo Muaka et André Marie Mwila Kayembe, membres de l’ONG des droits de l’homme « Toges Noires », par les services spéciaux de la police nationale congolaise (DGRSS), situé sur l’avenue de la libération, ex 24 novembre, dans la Commune de la Gombe, à Kinshasa.

En effet, le 29 septembre 2010, vers 13h00, le cortège du Président Joseph Kabila, qui longeait l’avenue de la libération ex 24 novembre, aurait essuyé une pierre lancée par une personne, non autrement identifiée, au niveau de la Maison Schengen.   Les gardes du corps du Président Joseph Kabila ont brutalement arrêté et tabassé cette personne avant de la jeter dans leur jeep et la conduire à une destination inconnue.

Me Nicole Bondo Muaka, qui se tenait à quelques mètres du lieu de l’incident, en attente du dépannage de sa jeep de marque cherokee, se fera arrêter par la police au motif qu’elle aurait filmé l’incident. Elle sera jetée dans une jeep avec Madame Mado Manganbu, qui l’accompagnait, et seront conduites au bureau de la DGRSS où elles sont détenues jusqu’à ce jour sans droit de recevoir la visite de membres de leurs familles et Conseil, ainsi que de la nourriture.

Après la publication d’un communiqué de presse dans la soirée du 29/09/2010, Me André Marie Mwila Kayembe, Secrétaire Général de l’ONG Toges Noires, s’est rendu ce 30/09/2010, au lieu de détention de Me Nicole Bondo. Curieusement, il a été aussi arrêté vers 15 heures 30 par les mêmes services et y est détenu jusqu’à présent. Son lap top, sa clé USB et son téléphone ont été violement arrachés. Son Avocat, qui est arrivé sur le lieu pour l’assister, n’a pas été autorisé à le rencontrer.

L’ASADHO condamne fermement ces arrestations et détentions arbitraires, les mauvais traitements administrés tant à la personne qui aurait jetée la pierre sur le cortège présidentiel qu’à Me Nicole Bondo, car violant gravement les obligations internationales de la RDC en matière de la protection des droits fondamentaux de personnes interpellées par les agents publics.

Ainsi, l’ASADHO recommande :

Au Président de la République :

–          de faire libérer Mes Nicole Bondo, André Marie Mwila et  Mme Mado Mangabu, et faire poursuivre en justice les auteurs desdits actes;

–          de faire conduire urgemment la personne, supposée avoir jeté la pierre sur le cortège, dans une formation médicale pour de soins appropriés, et éventuellement devant son juge naturel afin de lui permettre de se défendre publiquement et valablement des faits mis à sa charge.

A l’Inspecteur Général de la police :

–          de garantir, en toutes circonstances, l’intégrité physique et psychologique de Mes Nicole Bondo Muaka, André Marie Mwila, Madame Mado Mangabu et la personne supposée avoir jeté la pierre sur le cortège présidentiel;

–          de permettre l’accès immédiat et inconditionnel de l’Avocat et des membres de familles à Me Nicole Bondo et tous les autres détenus;

                                                                       Fait à Kinshasa, le 30 septembre  2010

                                                                                       ASADHO

Pour toute information, contactez :

Maître Jean Claude KATENDE : Président National

Téléphone (00243) 811 729 908 begin_of_the_skype_highlighting              (00243) 811 729 908      end_of_the_skype_highlighting

Maître Georges KAPIAMBA : Vice Président National

Téléphone (00243) 814043641 begin_of_the_skype_highlighting              (00243) 814043641      end_of_the_skype_highlighting

« Floribert Chebeya n’est pas mort pour rien, poursuivons le combat pour les droits humains »