Skip to content

Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

Cycle électoral 2014-2016 : le train de la CENI démarre sans UDPS, UNC, MLC…

udps-Pour assainir le climat électoral au pays, 334 partis politiques sur 644 enregistrés au ministère de l’Intérieur ont signé, le samedi 8 février à Kinshasa, le Code de bonne conduite et le Protocole d’accord instituant le Comité de liaison entre la CENI et les formations politiques. UDPS, UNC, MLC… trois grands partis de l’Opposition ont séché ce rendez-vous. Les retardataires n’ont que 18 jours pour prendre place à bord du train de la CENI qui vient de quitter la gare.

Sobre mais significative a été la cérémonie de signature du Code de bonne conduite et du Protocole d’accord instituant le Comité de liaison entre la Commission électorale nationale indépendante (CENI) et les partis politiques, le samedi 8 février 2014 sous la tente géante du Palais du peuple.

Les présidents de différents partis politiques et leurs mandataires ont été au rendez-vous. A l’exception de représentants de grandes formations politiques de l’Opposition, notamment l’UDPS, l’UNC, le MLC,… Témoins de l’événement : les diplomates de missions accréditées à Kinshasa.

Dans son allocution, le président de la CENI, Apollinaire Malumalu, a exprimé « sa profonde gratitude » à l’endroit de tous les partis politiques présents à la cérémonie et de la communauté internationale qui s’est engagée à accompagner la RDC dans son  processus électoral.

Le Code de bonne conduite et le Protocole d’accord instituant le Comité de liaison entre la CENI et les partis politiques légalement reconnus en RDC ont été examinés et adoptés par les mandataires de ces formations politiques, en décembre 2013, a-t-il rappelé. Avant d’ajouter qu’à ce jour, 334 partis politiques, soit 65,4% sur 644 enregistrés au ministère de l’Intérieur, ont signé les deux documents.

Selon M. l’abbé Malumalu, l’objectif poursuivi par les deux textes est, entre autres, d’assainir le climat électoral  en vue d’organiser des élections crédibles et apaisées en RDC. Ils vont également encourager, notamment le dialogue entre la CENI et les partis politiques.

Ces textes rappellent à chacune de partie prenante au processus électoral les mesures à observer. Ils contribuent à l’établissement d’un climat de confiance entre la CENI et les partis politiques.

A ses yeux, si les élections restent un élément-clé de la démocratie, elles doivent être régulières, libres et transparentes afin de permettre aux électeurs de se choisir leurs mandataires dans un climat sain et apaisé.

Pour M. l’abbé Apollinaire Malumalu, la Commission électorale nationale indépendante s’est engagée à respecter les règles du jeu et observer toutes les mesures lui concernant dans les deux textes. Cela, en vue «  de garantir la transparence et de promouvoir la paix et l’unité » dans le processus électoral.

Saisissant cette opportunité, le président Malumalu a invité les autres partis politiques à rejoindre le train de la CENI qui est déjà en marche. D’autant plus que l’opération d’accréditation des mandataires des partis politiques (pour ceux qui ne l’ont pas encore fait) pour la signature du  Code de bonne conduite et du Protocole d’accord instituant le Comité de liaison entre la CENI et les partis politiques prendra fin le 28 février 2014, sauf imprévu.

Auparavant, Mme Elodie Tambwe, membre de la plénière de la CENI, en charge des partis politiques, avait déclaré que la signature de ces documents est le fruit d’un long travail entre son institution et les partis politiques.

LE DEFI A RELEVER

A l’instar du président Malumalu, Mme Tambwe avait rassuré les uns et les autres que les membres de la plénière de la CENI sont déterminés à relever le défi d’œuvrer pour des élections libres, apaisées et transparentes. En effet, le Code de bonne conduite qui est opposable à tous invite tous les partis politiques, les regroupements politiques et candidats aux élections, notamment à « éviter toute forme des violences et à prôner la paix et la tolérance », et leur rappelle qu’ils ont le droit « d’organiser des réunions et des manifestations dans le respect des lois, de l’ordre public et de bonnes mœurs ».

Ce texte permet à tous ces acteurs politiques de disposer et de jouir d’un droit d’exprimer ou de diffuser librement leurs convictions et opinions publiques, de circuler librement à travers le territoire national.

D’après le Code de bonne conduite, ils disposent et jouissent également du droit « de sécurité de leur personne, de leurs membres, de leur patrimoine ainsi que de leurs activités, d’accès équitable aux médias publics et privés, d’accès à une bonne information en un temps réel sur toutes les questions relatives à la préparation et à l’organisation des élections ».

D’après le Protocole d’accord, le Comité de liaison se réunit une fois par trimestre, sur convocation du président de la CENI. Il peut aussi se réunir à l’initiative de la CENI ou à la demande des ¾ de ses membres. Les observateurs nationaux ou internationaux dûment accrédités à ce comité peuvent participer aux réunions, sans voix délibérative.

Le Potentiel

Tags: