Skip to content

Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

Dans un contexte de préparation du recensement de la population en RDC: la directrice exécutif de l’Unfpa dans nos murs

Source: L’Observateur 

Comme annoncé initialement, la directice exécutif du Fonds des Nations Unies pour la population ( Unfpa ), Mme Thoraya Ahmed Obaid est arrivée à Kinshasa ce week-end pour une mission de quatre jours. Elle doit mener à Kinshasa une mission conjointe avec le directeur exécutif du Programme des Nations Unies sur le VIH/ Sida (Onusida), Michel Sidibe. Ces deux hôtes de marque sont censés apporter à la RDC un message d’espoir relatif à la prévention de la transmission mère-enfant du VIH.

En effet, l’Unfpa et l’Onusida pensent qu’il est possible de réduire et d’empêcher de nouvelles infections de nouveaux nés issus des mères séropositives et ce grâce à des méthodes de prévention efficaces et une bonne intégration des services PTME (Prévention de la mère à l’enfant) dans la santé de la reproduction. Thoraya Ahmed Obaid et Michel Sidibe devront ensemble sensibiliser le gouvernement et le parlement congolais pour que soit accrue la part du budget national consacrée à la lutte contre le VIH/ Sida. Ils doivent rencontrer les autorités au sommet de l’Etat, les acteurs de la société civile, les représentants de principaux bailleurs de fonds et l’équipe des Nations Unies en RDC.

Il y a lieu de relever que la directrice de l’Unfpa séjourne en RDC dans un contexte marqué par les préparatifs pour l’organisation du recensement générale de la population et de l’habitat (RGPH-2). Pour mémoire, en date du 8 août 2009 le premier ministre a signé le décret 09/32 prescrivant un recensement général de la population et de l’habitat en vue de recueillir, d’analyser et de diffuser, pour le compte du gouvernement, les informations statistiques nécessaires à l’orientation de sa politique démographique, économique et social. Il va s’agir du deuxième recensement de la population. Le premier et seul recensement depuis l’indépendance a été organisé en 1984 sous le nom de recensement scientifique de la population.

Ainsi depuis plus de trente ans , la RDC n’a plus organisé un recensement !. Et pourtant,

la pratique internationale recommande l’organisation d’un recensement tous les 10 ans. Les turbulences politiques et autres connues par le pays n’ont pas permis, il est vrai, au pays d’évoluer normalement et d’organiser un recensement tous les 10 ans. A en croire les données disponibles, certains pays africains ont déjà organisé trois recensements depuis leur accession à leur indépendance intervenue en 1960.

Plaidoyer pour un appui au recensement de la population de la RDC

Selon les données disponibles, le budget du RGPH-2 est estimé à environ 172 millions de dollars US. La contribution annoncée du gouvernement est chiffrée à 20 millions de dollars US, soit 14 % du budget total. Elle a été annoncée solennellement par deux ministres congolais lors de l’Undp/Unfpa Executive Board tenue en septembre 2009 à New York. Sur le plan international, il y a une volonté d’appuyer la RDC dans les efforts pour la production des statistiques fiables en vue de favoriser la bonne gouvernance et une gestion axée sur les résultats. Ainsi, il est annoncé l’appui technique et financier de l’Unfpa, de la Banque Africaine du développement et du Programme des Nations Unies pour le développement.

Avec la présence de Mme Thoraya Ahmed Obaid à Kinshasa, la partie congolaise va en profiter pour faire un plaidoyer pour obtenir le soutien technique et financier de l’Unfpa et des autres bailleurs des fonds pour la réussite du RGPH-2. Il est attendu à ce propos une rencontre entre l’hôte de marque de la RDC et le ministre du plan, Olivier Kamitatu qui a sous sa tutelle l’organisation de ce recensement. Dans les jours à venir à Kinshasa, il est attendu l’organisation d’ une table ronde avec les bailleurs de fonds en vue d’un plaidoyer pour garantir l’appui attendu des partenaires au développement. Il est aussi attendu dans un avenir proche les textes légaux portant organisation et fonctionnement du RGPH-2, nomination des membres des organes du RGPH-2 et ceux fixant la population cible et la date de référence du recensement. Après la mise en place des organes ad hoc du RGHP-2, il est envisagé une grande campagne de sensibilisation et de mobilisation de la population sur cette opération de grande envergure.

En principe, le RGPH-2 sera organisé en quatre phases à savoir :la phase préliminaire, la phase préparatoire ( mise en place des structures à travers le pays, la sensibilisation de l’opinion, la cartographie ou découpage du pays en aires opérationnelles , le recensement pilote, la formation du personnel de terrain, l’acquisition des équipements et leur acheminement sur le terrain ), la phase du dénombrement ( ou recensement proprement dit ) et la phase post- censitaire( une enquête de couverture, la publication des résultats provisoires, le traitement et l’analyse des données et la publication des résultats définitifs).

Personne ne peut dire combien d’habitants compte le Congo

Actuellement, selon le calendrier provisoire le dénombrement ou recensement proprement dit est prévu du 1er au 15 juillet 2011, avec comme nuit de référence la nuit du 30 juin au 1er juillet. Il est question de combler un déficit de données sur l’effectif, la structure et la dynamique de la population. Aujourd’hui, personne ne peut dire avec précision combien d’habitants sommes nous en RDC, combien y a des femmes, d’enfants, de jeunes, …Les projections sur la populations faites actuellement se basent sur des hypothèses dépassées et donc de qualité discutable.

L’objectif majeur de cette opération en préparation est de rendre disponibles les informations statistiques actuelles, fiables et adéquates sur les effectifs, sur les caractéristiques socio-économiques, culturelles et économiques ainsi que les caractéristiques de l’habitat et du secteur agricole de la population vivant en RDC. Il s’agit des informations qui seront disponibles pour chaque entité administrative (province, ville, territoire/commune, secteur/chefferie, quartier/groupement et village).Aujourd’hui, ces informations ne sont pas disponibles.

Or, ces données statistiques sont nécessaires pour la planification du développement , la poursuite des objectifs du Millénaire pour le développement, la gestion axée sur les résultats,…Par exemple,la planification de la construction des écoles, des hôpitaux, des routes,… à travers le pays exigent la disponibilité des données démographiques fiables et à jour.

Didier Munsala Buakasa