Skip to content

Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

Etienne Tshisekedi ne badine pas -UDPS : Jacquemain Shabani chassé !

Par La Prosperite

Jacquemain Shabani

-Il était sur tous les fronts avant, pendant et après les empoignades électorales de 2011. Jeune, il montait en puissance au sein de ce grand parti de la RD Congo. Il ne rebroussait jamais chemin devant un défi à relever allant, à multiples reprises, jusqu’à se mettre en porte à faux contre les services de sécurité. Le tout, pour la cause suprême de l’UDPS. Mais, cette histoire, à la fois belle, passionnante et laborieuse, s’arrête, malheureusement, là, pour Jacquemain Shabani. L’Udps, ce parti qu’il défendait, becs et ongles, n’appartient désormais plus qu’au passé, pour lui. En effet, la sanction suprême est tombée ce samedi 22 septembre, à la 10ème rue/Limete. La Commission Nationale de Discipline ad hoc du parti a donné sa sentence : ‘’ Monsieur Shabani Lukoo … est déchu de ses fonctions de Secrétaire Général de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social’’. L’homme aurait été reconnu responsable du détournement de 275. 783 dollars américains, selon un communiqué lu, à cet effet. Il s’agirait de Fonds extirpés de la gestion de cartes des membres du parti, à en croire cette commission. La sanction a frappé également d’autres cadres des organes de base et de la Présidence. Au total, dix décisions, allant de la suspension à la déchéance, ont été prises et annoncées. La Permanence nationale de Pétunias s’est transformée en un véritable Tribunal, le samedi 22 septembre 2012. Militants et cadres du parti notamment, le Secrétaire Général ai, Bruno Mavungu, étaient venus en nombre, pour entendre la sentence sur ce litige de détournement des fonds qui a terni l’image de la sœur aînée de l’opposition, chantre de l’Etat de droit. A l’entrée de la permanence, il fallait simplement présenter sa carte pour qu’une dizaine de jeunes, mués en agent de sécurité, vous fraye le passage. Une fois à l’intérieur, c’est un décor, à l’architecture d’une église de réveil, qui y était déjà plantée. Chaises, micros et autres matériels de sonorisation étaient bien installés. A l’estrade, six chaises Plastica pour les membres de la Commission Nationale de Discipline ad hoc étaient réservées devant l’assistance qui affichait déjà complet, à l’attente de l’instant dit de ‘’vérité’’. Il est 14 heures, deux dames et quatre messieurs effectuent leur entrée, habillés en toge noire, légèrement passée d’une couleur jaune. C’est eux les maîtres de cérémonie. C’est eux qui vont trancher cette affaire. Le temps d’un hymne national du parti, Alfred Ndinga Obey, Président de la Commission de Discipline, ne traîne pas, pour ouvrir le débat par un symbolique de deux coups de marteau sur la table. Visage camouflé derrière ses lunettes d’intello, il introduit: « au regard du mal qui a pris corps dans le parti (…), aujourd’hui, plus que jamais, le temps est à la sanction. Une sanction juste, correspondant à l’ampleur du manquement causé au parti ». L’objectif recherché, rappelle t-il, est de doter le parti « d’hommes et femmes respectueux du bien commun ». Et, c’était le tour pour le Rapporteur, Me Nathalie Nansha, de livrer le verdict tant attendu. Un montant surprenant Pour le cas de Jacquemain Shabani, le CND a carrément décidé de son passage à la dèche. Il est rendu coupable de la mauvaise gestion des fonds du parti. Le montant est spectaculaire : 275.783 dollars américains détournés. « Faisant la contre-valeur des cartes commandées et effectivement livrées de 1.700.000, le montant à payer équivaut à 24.217 $US. Et, soustraction faite de 300.000$US reçu de Son Excellence Monsieur le Président du Parti, ce qui prouve, dans le Chef du Secrétaire Général du Parti, un détournement de 275.783$US », pouvait-on lire dans la décision. En plus du détournement lié à la carte des membres, le désormais ancien Secrétaire Général de l’Udps est aussi accusé de détournement d’une somme de 23.168 USD provenant de la fédération du Canada. Devant ce fait, la Commission Nationale de Discipline a enjoint la Présidence du parti à poursuivre les actions engagées en justice, dans cette affaire de gros sou. L’annonce de cette déchéance a été accueillie par une salve d’applaudissements de la part combattants. Il convient de rappeler que, c’est depuis le16 juin 2012 que M. Etienne Tshisekedi avait, dans une lettre, suspendu Jacquemain Shabani en rapport avec cette question relative à la gestion des cartes du parti, à attendant les enquêtes diligentées. Le dossier a été confié même à la justice, pour des investigations approfondies. Rumeurs ? Intervenant quelques heures après l’annonce de sa déchéance, Jacquemain Shabani a qualifié, sur les ondes de RTV1, de « folles rumeurs » cette nouvelle. L’intéressé a soutenu que le parti ne l’a jamais saisi à ce sujet. Selon l’organisation de l’Udps, a-t-il affirmé, avant toute déchéance, l’on procède à la convocation de la personne incriminée afin qu’il puisse avoir les moyens de se défendre. Chose qui n’a pas été faite. Dix têtes tombent… Il convient de souligner que certains cadres des organes de base et de la Présidence n’ont pas échappé aux sanctions allant, pour certains, à la suspension et, pour d’autres, à la déchéance. Honoré Diomi, Secrétaire chargé de l’Intendance du Président du Parti, Anny Maboya, Trésorière du Parti, Albertine Kilembe, Conseillère du Président du Parti à la Cellule électorale, Bruno Ntumba Kayembe Secrétaire du Parti aux Finances & Budget et, Kapambu Raphaël, Secrétaire du parti, Chef du Département solidarité et actions humanitaires ont été également défénestrés. Cinq autres ont été suspendus : Odon Kukamba, Président de la Ligue des jeunes de la Tshangu (deux mois), Mathias Kanza et Apollinaire Panzu, respectivement, Président Fédéral de la Tshangu et de la Funa (deux mois) et Crispin Mukendi, Secrétaire du parti Adjoint au Chef du département de Justice et Droits Humains (trois mois). Ce qui a fait un total de dix têtes qui sont tombées sous la sanction. « Etre cadre de l’Udps, est une charge et non un privilège », ont lancé les militants et cadres, à la fin de cette cérémonie. Comme pour dire, à l’Udps, il n’y a pas d’état d’âme face à une violation des consignes. Réaménagements des comités Fédéraux Autre chose, plusieurs décisions publiées, ci-après, font valoir la détermination du parti à se faire peau neuve dans certaines fédérations à l’étranger. De même qu’une décision prend acte de la démission d’un cadre numéro de l’Udps à Bukavu, dans la Province du Sud-Kivu. La Prospérité dont la rédaction a réussi à se procurer des copies de toutes ces mesures d’assainissement politique au sein de l’Udps, offre à ses nombreux et fidèles lecteurs, dans cette édition, le soin d’en cerner les contours.