Skip to content

Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

L’Apport des nouvelles technologies dans le développement de la RDC

Par  Ir. Delphin B. Kyubwa

 

Ir Delphin Kyubwa

-Les technologies modernes sont devenues de plus à plus indispensable dans tous les secteurs de la vie privé et public. Au 21e siècle, tout pays qui se veut développer ou qui s’engage dans le processus de la modernisation, tient compte de l’apport incontestable des nouvelles technologies. L’efficacité de l’action gouvernementale pour améliorer les conditions sociales, la mobilisation des revenus internes, la gestion des ressources naturelles, la transparence dans la gestion publique, etc. toutes nécessitent l’utilisation efficiente des nouvelles techniques.

En République Démocratique du Congo (RDC) où les défis de la reconstruction nationale sont énormes, l’adaptation et l’intégration technologique doivent aller de pair avec le pari de la «Révolution de la modernité» lancé par le Chef de l’Etat lors de son investiture à la magistrature suprême pour son second mandat de cinq ans récemment renouvelé. Même dans les pays dits émergents, cette révolution technologique est considérée comme l’outil vital dans l’exécution de projet de société pour rendre l’action du gouvernement plus efficace.

Dieu nous a bénis avec un pays très beau et riche mais toujours classé au bas de l’échelle des pays les plus pauvres au monde. Pourtant ce pays regorge tant de potentialités et de ressources transformables en richesses et capables de lancer durant les cinq (5) prochaines années les bases solides d’un décollage du pays émergent. Certes, cela nécessite une révolution passionnée pour la réforme des secteurs clés de la vie et la lutte contre les mauvaises pratiques politiques qui ont pris racine dans notre pays.

Le Parti National pour la Reforme, PNR en sigle, prône la réforme fondamentale pour entre autres adapter l’intégration efficiente et efficace des nouvelles technologies pour le pari d’un Congo nouveau, fort et prospère. Il faut une vision du 21e siècle pour une gestion moderne et transparente dans l’exploitation de nos ressources naturelles capables de créer des emplois pour les Congolais et lutter contre la pauvreté. Les Congolais ont tant souffert, ils ont besoin d’hommes de vision, à la hauteur de la tâche des défis socioéconomiques nationaux.

Pour faire le social le cheval de bataille en 2012, la stabilité du cadre macroéconomique de taux de croissance estimé à 6% cette année ne suffit pas à elle seule sans des mesures de réformes rigoureuses. Il faut des initiatives créatrices et innovatrices, et des nouvelles idées pour avancer le pays, telles que stratégies d’amélioration de climat des affaires pour attirer les investisseurs. On ne peut continuer à faire les choses de la même façon et espérer des résultants différents.

 Au regard de la situation technologique déficitaire en RDC, on peut affirmer sans aucune exagération que les dirigeants congolais n’ont pas encore pris conscience du rôle sans égal de cette fascinante révolution technologique dans les efforts du développement du pays.

 Ir. Delphin B. Kyubwa

Président national du PNR Directeur Informatique au Ministère de la Technologie de l’Etat de Californie- USA