Skip to content

Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

Midterms 2018 : nombre record de candidates, mais toujours très peu d’élues

midterms-2018-nombre-record-de-candidates-mais-toujours-tres-peu-delues

En 2018, il n’y a jamais eu autant de femmes à se présenter aux élections américaines, à la fois au Sénat — la chambre haute, qui compte le plus politiquement — et à la Chambre des représentants — la chambre basse. Pas moins de 234 femmes qui ont remporté les primaires locales de leur parti et qui se présentent à la Chambre des représentants : 182 démocrates et 52 républicaines. Au Sénat, où seuls 35 sièges sont à pourvoir, 22 femmes politiques se présentent : 7 républicaines et 15 démocrates.

Les candidates ne représentent que 28,7 % des candidats présentés par les deux principaux partis (42,9 % pour les démocrates, 13,3 % pour les républicaines).

Lire aussi :   Midterms 2018 : Amy McGrath, candidate démocrate et forte tête

Pas plus de 20 % d’élues dans les deux chambres

Choisis tous les deux ans, les élus et les élues à la Chambre des représentants sont à 80 %… des hommes. Au Sénat, où un tiers de l’effectif des cent sénateurs et sénatrices est renouvelé tous les six ans, il y a 23 femmes pour 77 hommes depuis la dernière élection, en 2016, soit… 23 %. C’est à peine mieux qu’à la Chambre des représentants où, avec 84 élues sur 435, on ne compte qu’une proportion de 19,3 % de femmes.

A titre de comparaison, la France compte 38,65 % de femmes à l’Assemblée nationale (nouveau record depuis les législatives de 2012, où elles représentaient 27 % des députés). Côté Sénat, on compte 110 femmes pour 348 sièges : les sénatrices ne représentent que 32 % des élus de la chambre haute. Pourtant, en France comme aux Etats-Unis, les femmes représentent 51 % de la population.

Un rééquilibrage lent à partir de années 1990

Ce graphique représente le nombre de femmes élues dans les deux chambres américaines : le Sénat et la Chambre des représentants. Au maximum, le nombre d’élues a été de 107 après les élections et 2016, sur un total de 535 membres du Congrès.

SurvolezSélectionnez les ronds sur le graphique pour afficher le détail.

Les Etats-Unis n’ont néanmoins pas de loi qui impose la parité par parti pour la présentation de candidats et candidates, comme celle du 8 juillet 1999 en France.

Lire aussi :   Midterms : Lauren Underwood, candidate noire en terre blanche

Les démocrates font plus d’efforts dans ce domaine

A l’exception des élections à la Chambre des représentants en 1950 et 1952, les démocrates ont toujours été plus nombreuses que leurs adversaires républicaines dans la chambre basse du Congrès américain, même si elles ne dépassent pas 15 % de l’effectif pour la période 2016-2018 (contre 5 % pour les républicaines). Mais c’est une républicaine qui a été la première femme élue au Congrès en 1917 — Jeannette Rankin a siégé deux fois à la Chambre des représentants, de 1917 à 1919 et de 1941 à 1943.

En matière de nombre de candidates ou d’élues, c’est le parti d’Obama et des Clinton qui participe le plus au rééquilibrage, qui a démarré dans les années 1990 alors que les représentantes ne constituaient pas plus de 7 % de l’effectif total des élus des deux chambres.

Le modeste rééquilibrage est surtout le fait des démocrates

Ce graphique représente la proportion de femmes et d’hommes élus au Congrès (soit le Sénat et la Chambre des représentants combinés). Il couvre les 34 élections de 1950 à 2016 qui ont lieu tous les deux ans.

Passez votre souris sur lesTapez du doigt sur les barres pour afficher le détail.

” html += “

” html += totalfem + ” élues sur ” + totalsieges + “, soit ” + pourcentdutotal + ” % du Congrès :

” liste = “

” tt_dem = “ ” + e.f_hd + ” démocrates à la Chambre” if (e.f_sd > 0) tt_dem += “, ” + e.f_sd + ” au Sénat” tt_rep = “ ” + e.f_hr + ” républicaines à la Chambre” /* on met en premier le décompte le plus élevé */ if (e.f_sr > 0) tt_rep += “, ” + e.f_sr + ” au Sénat” if (e.f_r > e.f_d) { liste += tt_rep + “
” + tt_dem } else { liste += tt_dem + “
” + tt_rep } liste += “

” return (html + liste) }) .on(“mouseover”, function(d) { /* ça manque d’élégance mais on sélectionne chaque rectangle pour changer sa couleur les messieurs + clair, les dames + foncées */ svg.selectAll(“.serie rect.f_d”) .filter(e => d.data.annee === e.data.annee) .style(“fill”, d => dicoCouleur[“f_d_fonce”]) svg.selectAll(“.serie rect.f_r”) .filter(e => d.data.annee === e.data.annee) .style(“fill”, d => dicoCouleur[“f_r_fonce”]) svg.selectAll(“rect.h_r”) .style(“fill”, d => d3.rgb(dicoCouleur[“h_r”]).brighter(.4)) svg.selectAll(“rect.h_d”) .style(“fill”, d => d3.rgb(dicoCouleur[“h_d”]).brighter(.4)) }) .on(“mouseout”, function(d) { /* on rétablit les bonnes couleurs, ce serait sans doute plus chic avec une boucle js */ svg.selectAll(“.serie rect.f_d”) .filter(e => d.data.annee === e.data.annee) .style(“fill”, d => dicoCouleur[“f_d”]) svg.selectAll(“.serie rect.f_r”) .filter(e => d.data.annee === e.data.annee) .style(“fill”, d => dicoCouleur[“f_r”]) svg.selectAll(“rect.h_r”) .style(“fill”, d => dicoCouleur[“h_r”]) svg.selectAll(“rect.h_d”) .style(“fill”, d => dicoCouleur[“h_d”]) }); g.append(“g”) .attr(“class”, “axis axis–x”) .call(d3.axisTop(x).ticks(5).tickFormat(function(d) { if (d % nbrticks == 0) return d })); g.append(“g”) .attr(“class”, “axis axis–x”) .attr(“transform”, “translate(0,” + (height – margin.bottom – margin.top) + “)”) .call(d3.axisBottom(x).ticks(5).tickFormat(function(d) { if (d % nbrticks == 0) return d })); /* la grille */ svg.append(“g”) .attr(“class”, “grid passelect”) .attr(“transform”, “translate(0,” + (margin.top) + “)”) .call(make_y_gridlines() .tickSize(width – (margin.right + margin.left)) .tickFormat(“”) ); /* ma légende */ var legende_elues = serie.append(“g”) .attr(“class”, “legende_elues”) .attr(“transform”, function(d) { var d = d[d.length – 1]; return “translate(” + (x(d.data.annee) + x.bandwidth()) + “,” + (((y(d[0]) + y(d[1])) / 2) – 3) + “)”; }); /* la ligne horizontale */ legende_elues.append(“line”) .attr(“x1”, -9) .attr(“x2”, 9) .attr(“class”, “passelect”); /* le texte qu’on va chercher avec le dicoLegende */ legende_elues.append(“text”) .attr(“x”, 12) .attr(“dy”, “0.35em”) .attr(“class”, function(d) { maclasse = “passelect ” if (d.key.slice(0, 3) == “fem”) maclasse += “femmes” return maclasse }) .text(function(d) { if (width > 500) { return dicoLegende[d.key] } else { contenu = dicoLegende[d.key].split(” “) return contenu[0] + ” ” + contenu[1].slice(0, 3) + “.” } }); function type(d, i, columns) { for (i = 1, t = 0; i < columns.length; ++i) t += d[columns[i]] = +d[columns[i]]; d.total = t; return d; }; function make_y_gridlines() { return d3.axisRight(y) .ticks(10) }; /* La gestion du tooltip, ici sur la classe ".selecteur" */ var dec_device = "aec"; try { if (window.top.location.href.indexOf("lemonde.fr") > -1) { dec_device = “noaec”; } } catch (err) { dec_device = “aec”; } $(“#elues_chambre”).tooltip({ show: { effect: “FadeIn”, duration: 50 }, hide: { effect: “FadeOut”, duration: 50 }, items: “rect”, track: true, tooltipClass: “multimedia-embed tooltipdecodeurs ” + dec_device, position: { my: ‘left+40 center’, at: ‘right+10 center’ }, content: function() { return $(this).data(“tt”) }, open: function(event, ui) { /* permet de fermer le tooltip en tapant sur lui-même en mobile*/ var elem = $(event.target); ui.tooltip.click(function() { elem.tooltip(‘close’); }); } }); $(“#elues_chambre a”).click(function(event) { event.stopImmediatePropagation() }); });

Depuis le premier Congrès américain, le 4 mars 1789, 12 249 Américains ont siégé en tant qu’élus dans l’une des deux chambres, et parmi eux, seules 329 étaient des femmes, soit 2,68 %.

Read More