Skip to content

Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

Nouvelle attaque à Abidjan

Par BBC

3 corps des FRCI parmi les 6 victimes de l’attaque sur le camp militaire d’Akouédo à Abidjan, lundi 6 août.

-Au moins six soldats ont été tués lundi en Côte d’Ivoire à Abidjan dans une nouvelle attaque sur une base militaire.

L’attaque s’est déroulée avant l’aube.

 

Sur le même sujet

 

Des tirs nourris ont été entendus vers 4 heures du matin vers le camp d’Akouédo, dans le quartier de Cocody.

Les assaillants non identifiés, en civil mais lourdement armés, “ont attaqué les deux entrées d’un camp simultanément et ouvert le feu”, selon le Colonel Cherif Moussa, porte-parole de l’armée.

Cet assaut survient au lendemain d’une autre attaque sur un commissariat et un poste de contrôle de l’armée à Yopougon, quartier ouest d’Abidjan, qui a fait 5 morts parmi les Forces républicaines (FRCI).

Un grand nombre de troupes ont été déployées dans les rues d’Abidjan, la plus grande ville du pays.

Selon les autorités, le calme est à présent revenu.

Le président ivoirien Alassane Ouattara s’est réuni lundi avec les hauts gradés de l’armée et le ministre de la Défense.

“On a peur, tout le monde est enfermé chez soi”, a témoigné un habitant à l’AFP.

Yopougon fut l’un des théâtres majeurs des affrontements pendant la crise post-électorale de décembre 2010-avril 2011, ayant fait 3.000 morts.

La circulation d’armes en tous genres – évaluées à plusieurs dizaines de milliers -, des ex-combattants mécontents de leur sort et des tensions ethniques toujours vives, en particulier dans l’Ouest, sont à l’origine d’incidents récurrents meurtriers.

Le ministre de la Défense, Paul Koffi Koffi, a considéré que les attaques de Yopougon relevaient “du banditisme”, sans exclure la piste de militaires criminels: “on va voir si l’enquête nous oriente vers des militaires, des membres des forces de l’ordre ou des civils”.