Skip to content

Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

RDC : Les armes et l’argent des FDLR

Source: Courrier International

FDLRLes rebelles hutu rwandais des FDLR, basés dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC) viennent de subir deux revers. Tout d’abord sur le terrain militaire, où ils doivent contenir les assauts répétés de l’armée régulière congolaise (FARDC), puis sur le terrain politique, avec l’arrestation ce mois-ci de leur chef en Allemagne. Affaiblis et traqués, les FDLR restent pourtant une importante menace pour la stabilité de la région des Grands Lacs. Et pour cause… un puissant réseau international finance les rebelles hutus et les armes proviennent de l’armée congolaise, selon des rapports d’experts mandatés par les Nations-Unies.

Dans ce rapport confidentiel, les experts pointent l’étendue du réseau à l’étranger de la rébellion hutu rwandaise des FDLR. Certains de ces rebelles, estimés entre 4.000 et 6.000 en RDC, ont participé au génocide de 1994 au Rwanda. Avec le temps, ces “génocidaires” réfugiés dans l’ex-Zaïre, ont été rejoints par de nouvelles recrues dans l’est de la RDC.

Le rapport note que les FDLR se sont dotés à l’étranger d’une structure politique non impliquée dans le génocide, de réseaux de soutien et de financement dans une vingtaine de pays, en Europe et aux Etats-Unis. D’importants virements d’argent et des communications téléphoniques ont été tracé par les experts… prouvant ainsi différentes livraisons d’armes pour le compte des FDLR.

Alors que le chef “politique” des FDLR, Ignace Murwanashyaka, et son adjoint, Straton Musoni, ont été arrêtés le 17 novembre en Allemagne, où ils devraient répondre d’accusations de “crimes contre l’humanité” ; de hauts responsables des FDLR basés en France (comme Callixte Mbarushimana) le secrétaire exécutif du mouvement, n’ont toujours pas été inquiétés.

Ce rapport démontre aussi l’échec de l’opération militaire “Kimia II”, contre les rebelles hutu. Les FDLR continuaient d’extraire d’importantes quantités d’or vers l’Ouganda, la Tanzanie et le Burundi, alors que l’armée congolaise et les casques bleus de la MONUC cherchait à les neutraliser. Des millions de dollars, qui servaient à soudoyer l’armée régulière congolaise pour acheter des armes. Et pour l’heure, la capacité de nuisance des rebelles hutu rwandais n’a pas vraiment été entamé.

Christophe Rigaud