Skip to content

Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

RDC/INDE: Kabila et Muzito sous forte pression indienne !‏

Source: La Prospérité

Ça passe ou ça casse au 31 décembre
*Où en est-on avec le projet d’approvisionnement en eau potable en milieu rural signé entre Kinshasa et New Delhi ? Y a-t-il des avancées dans le cadre de cet accord ? Quelle est la quote-part de chacune de deux parties dans l’exécution de ce projet ? Qu’est-ce qui bloque finalement sa matérialisation alors que son importance n’est pas à démontrer puisque faisant partie des priorités du Chef de l’Etat, Joseph Kabila Kabange, dans le cadre de cinq chantiers de la République ? Toutes ces lancinantes questions taraudent les esprits de ceux qui suivent de près l’évolution de ce dossier, encore que la date butoir tombe le 31 décembre 2010 pour que le Gouvernement congolais débloque les 80 % dus à ses engagements. Or, l’évaluation à mi-parcours dudit Projet indique que la RDC n’a déboursé que 18 % du montant et la partie indienne 89 %, sans compter les matériels sous cheeking qui sont déjà sur le sol congolais.
Qu’adviendra-t-il au-delà du 31 décembre 2010 ? A tout bien considérer, c’est l’arrêt de l’exécution des travaux de forage. C’est ici que Joseph Kabila et Adolphe Muzito doivent honorer les engagements congolais, en faisant tout ce qui est dans leur pouvoir afin que ce projet, si stratégique soit-il, se concrétise. De la sorte, de 16 forages à pompes manuelles déjà exécutés par le SNHR, le nombre pourrait augmenter pour atteindre les 500 prévus à travers toute la République. Autant dire que le couple Kabila-Muzito a du pain sur la planche.
Réunis pour une évaluation à mi-parcours du Projet d’approvisionnement en eau potable en milieu rural, les représentants de la Présidence de la République, de la Primature, du Ministère du Budget et des responsables du SNHR, du côté congolais, et d’autre part, le DG de la Firme indienne Angélique qui exécute les travaux, et le Chancelier de l’Ambassade de l’Inde en RDC, ont passé au peigne fin les travaux de ce projet. C’était hier, 22 décembre 2010, sous la férule du Ministre du Développement Rural, M. Philippe Undji Yangya. Cette réunion d’ordre technique, scientifique et non politique, a souligné le Ministre du Développement Rural, a permis aux différents intervenants de recadrer leurs actions en vue de la réussite totale du projet. Le projet d’Approvisionnement en eau potable en milieu rural exécuté par le Service National d’Hydraulique Rural (SNHR) du Ministère du Développement Rural, en collaboration avec
les ingénieurs indiens de la firme Angélique International Limited, vise à approvisionner l’arrière Pays en eau potable. La durée des travaux est de 6 mois, soit de Novembre 2010 à Avril 2011. Au total, 500 forages avec pompes manuelles et 35 mini- réseaux avec pompes immergées d’eau potable doivent être exécutés à travers toute l’étendue de la République.
16 forages déjà exécutés sur 500 prévus
Passant au crible le projet, les participants à cette importante réunion ont constaté que tous les matériels et équipements destinés aux travaux de forage d’eau potable à travers la République ont déjà quitté l’Inde pour la RDC. L’on note 145 containers arrivés sur le sol congolais via Matadi, Mahagi et Kasumbalesa. Sur les 500 forages à pompes manuelles prévus à travers toute la République, seuls 16 sont déjà exécutés par le SNHR. En vue de renforcer les capacités des ingénieurs congolais, 6 ingénieurs indiens sont arrivés récemment en République Démocratique du Congo. Objectif ? Initier la partie congolaise à des nouvelles technologies en vue d’une autonomisation du projet. D’autres sont attendus en janvier prochain à Kinshasa. Pour mieux exécuter les ouvrages restants, le SNHR a présenté, à cette occasion, une cartographie des axes prioritaires du projet. Pour Georges Koshi, les axes d’intervention étant
prédéfinis, il revient aux gouvernements provinciaux d’indiquer les zones jugées prioritaires pour le début des travaux.
Nécessité pour la partie congolaise de débloquer le montant restant
Pour le Service National d’Hydraulique Rural, le Gouvernement est appelé à débloquer le plus rapidement possible sa quote-part pour éviter que les efforts déjà fournis ne se diluent dans l’eau. La décentralisation étant un enjeu important de l’heure, il est impérieux que le Chef de l’Etat, Joseph Kabila, et le Premier Ministre, Adolphe Muzito, s’impliquent totalement pour une fin heureuse de ce projet stratégique. Encore qu’il figure parmi les priorités dans le cadre des cinq chantiers de la République. Il sied de renforcer les capacités du personnel exécutant en vue de son déploiement sur les sites d’exécution du projet qui, du reste, doivent être sécurisés. Quant au Ministre du Développement Rural, membre du Gouvernement central, il a exprimé sa volonté de voir l’exécutif s’atteler à débloquer sa quote-part pour que les ingénieurs congolais du SNHR et indiens, ensemble avec l’Etat congolais arrivent à
approvisionner les milieux ruraux et périurbains en eau potable dans les meilleurs délais.

© La Prospérité