Skip to content

Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

Essai ou Erreur: Les Elections au Congo Kinshasa, Libres, Transparentes, Démocratiques ou Anti-Démocratiques?

Par Poète Robert Kabemba

Le Congo Kinshasa n’a jamais connu des élections démocratiques. Celles organisées en Décembre 1957 n’avaient pas répondu aux critères démocratiques.Elles  n’étaient  que  partielles et avaient eu lieu dans trois villes a savoir : Jadotville (Likasi), Elisabethville ( Lubumbashi ) et Leopoldville ( Kinshasa ).

Quarante et six ans après sa fameuse souveraineté obtenue le 30 Juin 1960, le Congo a essayé d’organiser les élections soit- disant démocratiques en Juin 2006. Malgré le souci du peuple qui souhaitait voir les résultats des urnes refléter l’expression réelle de toute une nation; sa publication par la Commission Electorale Indépendante (CEI) était une déception totale. Le manque de transparence, de justice et de vérité avait provoqué une remise en question du role de cette institution dans l’organisation de ces élections.

La ville de Kinshasa avait connu des affrontements sanglants et meurtriers à l’issue de ce scrutin faisant état de plus de 500 morts. A quelque mois des élections de 2011, nous nous posons d’or et déjà la question de savoir s’il n’y aura pas répétition des scènes horribles et macabres vécues par les congolais en 2006 avec les fraudes massives organisées par la CEI. La CEI n’est pas et ne sera jamais indépendante surtout a cause de l’instrumentalisation dont elle est victime de la part du pouvoir de Kinshasa . Faut il continuer a compromettre l’avenir de toute une nation pour un groupe d’individus bien déterminés? Nous croyons que les responsables de la CEI doivent plus voir l’intérêt national.

La réussite des élections de 2011 dépendra des règles et mécanismes que la Commission Electorale Nationale Indépendante mettra en place pour la transparence des urnes. Le gouvernement du Congo Kinshasa laissera t-il la CENI faire son travail en toute liberté et sans aucune ingérence des hommes politiques déjà habitués a la malhonnêteté. Nous croyons que pour éviter toute erreur du passé la refonte totale de la présente CENI et la mise en place d’une équipe crédible pour diriger les élections de 2011 serait a notre avis souhaitable.

Ne pas reconnaitre que les élections de 2006 étaient un fiasco serait malhonnête et disqualifiera les hommes politiques Congolais a la commande de notre pays. La tricherie, c’est un vole qui est punisable par la loi. Aucun Politicien conscient et plein de moralité pourra nous affirmer que les élections de 2006 étaient libres, transparentes et démocratiques. La tricherie et les fraudes massives ont bel et bien eu lieu. Certaines autorités qui siègent au gouvernement, au parlement et d’autres institutions importantes du pays n’étaient pas élues. Cela ne doit faire l’ombre d’aucun doute pour soutenir que l’échec total du gouvernement de Kinshasa est le résultat récoltée de l’incompétence de la majorité de la classe politique dirigeante au pouvoir non élue par le peuple pour le représenter.

Pouvons nous parler des élections démocratiques, libres, transparentes en 2006? Nous disons non. La preuve en est que de Juin 2006 jusqu’a nos jours les élections communales n’ont jamais été organisées. Les administrateurs de territories et les Bourgoumestres ont été nommés. S’agit il des élections démocratiques ou des nominations anti-constitutionnelles?

Les Politiciens Congolais sont partisans de l’approche de “l’Economie des choix publics”.C’est ici que nous attirons l’attention du peuple pour ne pas tomber une fois de plus en 2011 a cette piège. Selon l’approche de l’Economie des choix publics,  les politiciens congolais savent qu’ils ne cherchent pas a défendre l’intérêt général de la nation. Ils se préoccupent en premier lieu de leurs propres intérêts (Recherche du Pouvoir). Pour eux le processus des élections est un marché. Ils sont les offreurs et les demandeurs sont des électeurs. Contre les votes de seconds, les premiers échangent des promesses électorales généralement fausses et démagogiques dans les domaines telsque le Social, la Santé, l’Education, le transport, la Sécurité. Toutes ces promesses ne s’accomplissent pas.Le cas le plus recent est celui de l’année du social déclarée par le pouvoir de Kinshasa qui s’est transformée en année des douleurs, de la pauvreté, des détournements des biens publics et de la misère illimitée. La tolerance Zero est restée un slogan vain.

Croire que les élections de 2006 étaient démocratiques serait une grosse erreur de notre part car tous les principes n’ont pas été respectés. Dans l’organisation des élections démocratiques il est important d’observer un certain nombre des règles relatives a la concurrence loyale en d’autres termes il faut mettre sur pied des règles qui garantissent le bon fonctionnement du marché politique.

Dans un marché politique il y a des préalables à respecter pour la réussite des élections. L’échange entre les candidats et les électeurs doit se passer dans le respect strict du droit d’éligibilité des premiers et du droit de vote des seconds. Les élections de 2006 n’avaient pas répondu aux normes démocratiques suite aux irrégularités, a la tricherie, aux fraudes massives et au manque de neutralité de la CEI. Les listes électorales étaient triquées et le découpage électoral manipulé. A l’Est, les enfants mineurs de huit ans s’étaient fait enrôlés et avaient voté. Certaines personnes avaient même vendu leurs cartes d’électeurs moyennant l’argent. L’ingérence de l’appareil étatique, souvent au profit du candidat sortant fut aussi visiblement remarquée. Voila une violation caractérisée du droit de vote des électeurs.

Il est temps pour que les vrais mécanismes et de règles capables de trancher les litiges soient mis en place pour éviter tout dérapage. L’absence total d’Etat de droit, de séparation des pouvoirs et de l’appareil Judiciaire risque de faucher les résultats du scrutin de 2011.

Le Congo nous appartient tous et nous voulons voir un vrai changement intervenir dans notre pays pour que chaque fils et filles de cette nation se réjouit des potentialités énormes que Dieu nous a données. Le peuple Congolais doit tirer une leçon de fameuses élections de 2006 et élire en 2011 des gens capables de gérer le Congo. La competence doit être un élément de taille dans le choix du candidat. L’heure de la politique des autodidactes et des politicailleurs est déjà revolue.Liberons nous de la coterie tribale et élisons des responsables politiques compétents qui seront aptes de faire du Congo une véritable république démocratique ou la bonne gouvernance, le respect des droits de Citoyens, de biens publics, de la constitution et la liberté de presse seront respectés

Par Poète Robert Kabemba

Historien, Politicologue, Sociologue

Analyste Politique

Membre et Représentant du Parti Engagement

Pour la Citoyenneté et le Développement (Ecide)

Royaume Uni (Angleterre, Ecosse, Pays de Galle)

Avec Ecide, c’est encore possible de rebâtir un Congo digne, prospère, stable

et démocratique. Nous disons le pouvoir doit revenir au peuple et pour cela il faut l’instauration d’un Congo ou la justice doit être au dessus de tous.

Pour en savoir plus cliquez sur le lien suivant: WWW.ecide.cd.