Skip to content

Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

RDC:De vaines négociations ?

La RDC à présent, avec les négociations au point mort à Kampala entre les autorités de Kinshasa et le M23… « Au deuxième jour de négociations hier, les rebelles sont restés à leur hôtel. Les deux délégations se parleront-elles ce mardi ? », s’interroge le site d’information de Jeune Afrique. Rien n’est moins sûr… Jeune Afrique rappelle que « dès dimanche, au premier jour des échanges, les tensions avaient été très vives. Le chef de la délégation du M23, François Rucugoza, avait affirmé que le conflit dans l’est de la RDC était dû à une mauvaise gouvernance et, surtout, à un manque de leadership visionnaire. Le ministre congolais des Affaires étrangères, Raymond Tshibanda, avait alors menacé de bloquer les pourparlers. »

L’Observateur, quotidien congolais, lance un appel à la raison… « Il est temps que les protagonistes dans les deux camps appelés à discuter à Kampala et Goma, arrivent à mettre de l’eau dans leur vin pour avancer et esquisser des pistes de sortie de crise. C’est à ce niveau que le rôle des médiateurs apparaît important pour calmer les esprits et détendre l’atmosphère. Et faire avancer véritablement les travaux. Dans les jours à venir, dans les discussions ouvertes il est attendu des avancées significatives pour passer à autre chose, entre autres, le retour de la paix et de stabilité. »

Alors peut-on espérer un déblocage ? Non, répond le site Afrikarabia, spécialisé dans l’actualité en RDC : « Impossibles négociations, s’exclame-t-il. On a beau retourner le problème dans tous les sens, il paraît difficile de croire que les “discussions” entre la rébellion du M23 et le gouvernement congolais débouchent sur un plan de paix durable. Premier obstacle, relève Afrikarabia : la légitimité des délégations. Le niveau de représentations est extrêmement faible à Kampala. Sans la présence de Joseph Kabila, ni de l’opposition congolaise et surtout sans agenda précis, ni ordre du jour, les négociations risquent de tourner au dialogue de sourds. Pire, chacune des délégations semble être prisonnière de ses propres contradictions. »

En fait, conclut Afrikarabia, c’est sur le terrain militaire que tout peut se jouer : « le rapport de force militaire sera déterminant : soit Kinshasa arrive à reprendre l’avantage sur les rebelles et rien ne sera négociable, soit le M23 reprend une nouvelle fois Goma et le gouvernement congolais sera obligé de lâcher du lest. »

Par RFI