Skip to content

Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

Qui constituent le regime Kabila?: les refondateurs, le clan Kabila et les faucons

Par JA

Les refondateurs

Matata Ponyo

-Leur point commun : convaincre Joseph Kabila de revoir la gouvernance du pays. Leur nouveau chef de file : Matata Ponyo Mapon  nommé Premier ministre le 19 avril. Au ministère des Finances depuis février 2010, il a presque doublé le budget de l’État (7 milliards de dollars, soit 5,3 milliards d’euros) et obtenu des bailleurs de fonds une annulation de la dette pour plus de 9 milliards de dollars. Un bilan apprécié au Palais. « Tout ce que j’ai réalisé, c’est avec le soutien du chef de l’État. Sans lui, je n’aurais pas tenu », expliquait Matata il y a peu, reconnaissant s’être fait de nombreux adversaires dans les ministères habitués à piocher dans les caisses du Trésor public sans trop justifier l’utilisation des fonds. Jean-Claude Masangu, le gouverneur de la Banque centrale, Pierre Lumbi, l’ancien ministre des Infrastructures, Olivier Kamitatu, le ministre du Plan, Léonard She Okitundu, l’ex-directeur de cabinet à la présidence, font aussi partie de cette « écurie ». Leurs alliés de circonstance au sein de l’opposition, Léon Kengo wa Dondo, le président du Sénat et candidat à la présidentielle, et François Muamba, l’ancien bras droit de Bemba, sont prêts à jouer l’ouverture… La composition du nouveau gouvernement indiquera la marge de manoeuvre de ces refondateurs.

Le clan Kabila

Jaynet Kabila

-C’est avant tout la famille, dont l’influence réelle transcende les courants politiques : « maman » Sifa, la mère de Kabila, la soeur jumelle, et Zoé, le frère cadet – tous deux élus à l’Assemblée nationale. L’ambassadeur Théodore Mugalu, le chef de la « maison civile », est écouté, mais il voyage beaucoup. Le pasteur Daniel Ngoy Mulunda est un confident, mais son travail à la tête de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) a laissé des traces…

Les faucons

Evariste Boshab

-Politiques ou militaires, ce sont les gardiens du temple. Ils sont puissants, mais orphelins depuis la mort d’Augustin Katumba Mwanke : Évariste Boshab secrétaire général du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD) et ancien président de l’Assemblée nationale, Adolphe Lumanu, ministre de l’Intérieur, Kalev Mutondo, patron de l’Agence nationale de renseignements (ANR), Banze Lubunji, commandant de la garde républicaine…