Skip to content

Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

Sun City remake

Par RICH NGAPI

Une nouvelle ” table ronde ” se tient présentement à Johannesburg, en Afrique du Sud. Elle réunit les ” convoiteurs ” du pouvoir au Congo démocratique. Sur initiative de ” Afrimap ” (Projet pour l’observation et le plaidoyer sur la gouvernance en Afrique), les délégués de l’Alliance de la majorité présidentielle (AMP), de l’Opposition et de la Société civile débattent sur des règles du jeu indispensables à la tenue d’élections réellement libres, démocratiques et transparentes. Les participants sont au nombre de 29.

Dans les salons huppés de Kinshasa, et même dans les rues, les gens sont estomaqués d’apprendre la nouvelle : encore un ” Sun City ” ? Non. Il ne s’agit pas, rassure l’organisateur, de rééditer d’interminables négociations à la congolaise style ” Sun City “. Il ne s’agit pas, pour être précis, d’engager des négociations en rapport avec le projet d’une nouvelle transition politique. Que des profiteurs de postes négociés ne se frottent pas les mains. Mais que vont-ils encore foutre au pays de Mandela?

Les principaux objectifs poursuivis par l’atelier de Jo’burg sont de trois ordres : primo, dégager le consensus sur les acquis de la 3ème République ; secundo, développer une liste d’obligations minimales à observer par le politique et le citoyen ; tertio, convenir d’un mécanisme de préservation de ces acquis lors des échéances de 2011. A la fin de la fin, les recommandations seront coulées en ” Acte d’engagement ” ou ” Charte à servir la Nation “.

Si encourageante qu’elle puisse paraître, l’initiative d’une énième table ronde suscite quelques inquiétudes. Pourquoi seulement les Congolais ? Dans les rues de Jo’burg, on murmure déjà : ” ils sont encore revenus ici ? ” Les Sud-Africains savent mieux que quiconque que les négociations des Congolais, si on sait quand elles commencent, personne ne sait prévoir quand elles se terminent. Mais la plus grande équation reste la mise en application de la fameuse ” Charte à servir la nation “. Les politiques sauront-ils jouer franc jeu ?

Il y a à craindre que des apprentis sorciers et leurs nouveau-nés qui régentent le microcosme politique se rebiffent à l’heure de passer aux actes. Comme il en est souvent le cas. Sous le régime précédent, de remise en question en reniements d’accords politiques, on en est arrivé à une interminable transition qui n’en finissait pas. Jusqu’à ce que Laurent-Désiré Kabila et son AFDL les ont surpris en flagrant délit d’incompréhension. Gare à Sun City remake !