Skip to content

Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

UDPS/ Exterieur dit G16:DECLARATION POLITIQUE ASSISES DE BRUXELLES (19 juin – 22 juin 2009)

G16

G16

Nous, responsables politiques, cadres et membres du parti regroupant d’une part, pour le compte des organes centraux, le Président du Comité National et le Secrétaire Général accompagné du Secrétaire National aux Relations Extérieures, et d’autre part, pour le compte des organes de base de l’Extérieur du pays, les Représentants, les Présidents des Comités Fédéraux et les Présidents des Assemblées Fédérales entourés de leurs collaborateurs respectifs, réunis à Bruxelles du 19 au 22 juin 2009 sous le Haut Patronage de Monsieur Etienne Tshisekedi Wa Mulumba, Président National de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social, en sigle UDPS, avons, tour à tour, examiné la situation dramatique qui prévaut actuellement sur l’ensemble du territoire de notre pays, la République Démocratique du Congo, analysé la crise qui a récemment secoué notre parti, et préconisé des solutions à ces situations.

Nous déplorons, en ce jour de la commémoration du 49ème anniversaire de la proclamation de l’indépendance de la République Démocratique du Congo, notre pays, qui est pourtant considéré comme l’un des greniers potentiels de la Terre, l’un des foyers de la méga-biodiversité de la planète, l’un des centres les plus riches en ressources humaines, multiculturelles et multi-artistiques du monde et un pays qui regorge d’énormes potentialités économiques et industrielles, de devoir tirer un amer bilan de l’état de notre cher Congo, un bilan honteux et catastrophique, malgré ses nombreux atouts ci-haut évoqués, car c’est dans le deuil, l’humiliation et le déshonneur que notre peuple célèbre cet anniversaire.

En effet, notre pays est aujourd’hui placé sous tutelle internationale : occupé, dominé, dépecé et exploité par des puissances étrangères, des portions entières du territoire national sont sous contrôle politique et administratif des militaires, milices et bandes armées créées et soutenues par les pays limitrophes. Ses richesses naturelles sont pillées avec la complicité des « gouvernants » actuels. Il n’existe au Congo ni Etat, ni même son embryon. L’armé e, les services de sécurité et des renseignements sont sous le contrôle de l’étranger.

Toutes les infrastructures, administratives, économiques, médicales, routières, ferroviaires, aériennes, scolaires…sont complètement détruites. La population est abandonnée à son triste sort et la corruption a atteint son paroxysme tandis que le Pays, désespérément suspendu aux mamelles nourricières de la communauté internationale, ne survit que grâce aux efforts de sa diaspora. L’hécatombe ne cesse de s’alourdir : cinq millions de congolais ont déjà payé de leur vie, et plus de 45.000 continuent à mourir chaque mois.

Les faux conflits armés, les violences sexuelles, les déplacements forcés des personnes en errance sur la terre de leurs ancêtres, dans des conditions infrahumaines, les horreurs, les traitements cruels, inhumains et dégradants font partie du lot quotidien de la population.

Aujourd’hui où les intérêts partagés de notre peuple et de nos partenaires sont gravement compromis par le régime de Kinshasa et ses animateurs, nombreux démocrates et humanistes avouent un peu partout dans le monde, avoir été induits en erreur sur la solution préconisée pour résoudre la crise congolaise qui ne fait que s’empirer chaque jour. Tous les analystes de bonne foi n’hésitent plus à donner raison à l’UDPS et reconnaissent aussi bien la pertinence de son diagnostic sur la nature et la cause de la crise congolaise que sur la justesse des solutions proposées jadis par l’UDPS pour sauvegarder les intérêts partagés de notre peuple et de nos partenaires. La crise congolaise demeure une crise d’hommes, un manque criant de leadership et de vision politique responsable.

Devant cette tragédie qualifiée par tous comme étant « la plus grave des tragédies sur terre depuis que l’Humanité existe », le pouvoir en place à Kinshasa et ses animateurs ont plus que démontré leurs limites. La nécessité et l’urgence du changement démocratique sont plus qu’évidentes.

L’UDPS exige la démission immédiate du pouvoir actuel qui a mis en évidence son incompétence à diriger convenablement notre pays. L’UDPS déclare pour ce faire constituer l’alternative crédible pour mieux gouverner la République.

L’histoire et tous les faits démontrent suffisamment que l’UDPS est la seule force de changement démocratique et de progrès au Congo/Kinshasa; l’espoir, la chance et l’avenir des intérêts partagés de notre peuple et de nos partenaires et le seul partenaire naturel et privilégié de tous les démocrates et humanistes du monde.

Elle se veut l’incarnation de la souveraineté nationale et veut tout mettre en œuvre pour promouvoir la sécurité et la protection de notre peuple et nos intérêts nationaux.

A notre peuple, et plus particulièrement à nos populations martyres de l’Est, nous partageons vos souffrances et l’injustice de la violence physique, sexuelle et de l’atteinte à vos droits fondamentaux que vous fait subir le pouvoir de Kinshasa. Soyez assurés de notre détermination à mettre rapidement fin à vos souffrances, afin de relever le défi de la paix, de la prospérité et de la démocratie.

L’UDPS exige la libération immédiate et inconditionnelle de tous les prisonniers politiques et d’opinion (Membres de l’UDPS, Pasteurs, Etudiants, Syndicalistes, Journalistes… ). Elle lance un cri d’alarme et interpelle la la Communauté Internationale pour qu’elle se mobilise afin de trouver une solution appropriée et durable à la tragédie congolaise dont la persistance dépasse en ampleur celle de toutes les autres qu’elle avait prises en charge et résolu. Elle réitère l’appel à tous les partenaires liés à notre destin de continuer à soutenir la lutte que mène l’UDPS depuis trois décennies pour l’instauration d’un Etat de Droit démocratique et, partant, une bonne gouvernance en RDC .

A nos forces armées qui sont abandonnées comme chair à canon face aux milices armées et à l’ennemi, l’UDPS leur rend hommage pour leur bravoure et prendra toutes les dispositions idoines pour qu’elles puissent jouer leur rôle de pilier essentiel de l’édifice républicain pour la défense de notre fierté et de notre souveraineté nationale .

Afin de faire face à cette tragédie et de parachever ce programme, les participants aux assises de Bruxelles ont décidé de mettre fin au désordre honteux récemment installé dans le Parti consécutivement à la non application rigoureuse des dispositions pertinentes du régime disciplinaire prévu dans son Règlement intérieur.

Aussi, ils réitèrent leur soutien au Président National du Parti, Monsieur Etienne Tshisekedi wa Mulumba et lui demandent de consacrer par une décision formelle, l’exclusion du Parti des organisateurs de la rencontre abusivement appelée premier congrès de l’UDPS en violation flagrante des prérogatives statutaires y relatives et dévolues au Président National du Parti. Ceux d’entre ces organisateurs qui estiment avoir été induits en erreur, désinformés ou manipulés, sont appelés à faire publiquement une déclaration dénonçant les actes dont les organisateurs se seraient servis pour leur victimisation ; cette déclaration servira au Parti pour examiner leur réintégration éventuelle au Parti.

Les participants aux assises informent les combattants que le Président National du Parti, Monsieur Etienne Tshisekedi wa Mulumba convoquera et présidera le tout premier congres de l’UDPS avant la fin de l’année 2009. Les assises de Bruxelles recommandent que toutes les mesures incitatives soient prises pour un enrôlement massif et immédiat des combattants dans le cadre de la participation du parti aux prochaines élections.

Toutefois, afin de permettre à ces élections d’être réellement libres, transparentes et démocratiques, nous demandons à la Communauté Internationale, et plus particulièrement aux Etats Unis d’Amérique, d’assumer leur responsabilité en soutenant l’organisation d’un recensement de la population, conformément à la loi Obama intitulée « Democratic Republic of the Congo Relief, Security, and Democracy Promotion Act of 2006 ».

L’UDPS s’engage ainsi à restaurer la prospérité et à promouvoir les pistes pour l’instauration de la paix, et à relancer cet espoir infini dont rêve notre peuple.

Fait à Bruxelles le 30 juin 2009 .

Tenons bon !

Les signataires

N°    Nom            Prénom          Pays

1. Biduaya Beya Pierre       France

2. Bukasa Ilunga                 Canada

3. Cibangu Jipé                   Belgique

4. Iluju Kiringa Claude    Canada

5. Kabalu Kadima Raymond  Danemark

6. Kabamba Nzuzi Victor       Belgique

7. Kabuika Alain                       Grande Bretagne

8. Kahungu Raymond             Norvège

9. Kalambayi Misasa Pierre  Belgique

10. Kalonga Bona                     Belgique

11. Kalonji Tshibuabua Guillaume    Belgique

12. Kalonzo Ilunga André      USA

13. Kanku Kalala Pierre          USA

14. Kashala Raphaël                 Belgique

15. Makenga Bof Jean-Claude   Belgique

16. Mbiye M. Théo                     Belgique

17. Mbuyi Kabanda Pierre     Belgique

18. Mbuyi M. Kalala Vasco    Canada

19. Mpoyi Léonard                    Norvège

20. Mpoyi Oscar                         Belgique

21. Mubake Valentin                 Congo (PCN)

22. Mukanya Jean-Marie        Belgique

23. Mukuta Samson                  Belgique

24. Muntuabu Jean                  Belgique

25. Mutanda Alexis                  Congo (SG)

26. Mutombo Jean-Marie     Belgique

27. Mwepele Jean Vasthy     Danemark (excusé)

28.  Ngombo Théo                   Grande Bretagne

29. Shotsha Patrick                 Belgique

30. Tshilanda Chantal            Belgique

31. Tshilombo Tshisekedi Félix Congo (SNRE)

32. Tshimanga Metzel John               USA

33. Tshipamba Mpuila François        Belgique

34. Tshiswaka Christian Christian     Belgique

35. Tshitenda Christine                          Belgique

36. Yangala Philippe                               Allemagne